BFM Business

Retraite : peut-on continuer à travailler après 62 ans ?

-

- - Pexels

De plus en plus de séniors cumulent leur retraite avec un emploi.

Pour la plupart des seniors, le passage à la retraite est synonyme de cessation complète d’activité rémunérée et donc d’une vie nouvelle libérée des obligations professionnelles (transport travail-domicile, pénibilité, effort, poids de la hiérarchie, etc.). La cessation d’activité rémunérée ne signifie pas pour autant l’inactivité puisque nombreux sont les retraités à s’investir dans des activités bénévoles ou à apporter une aide auprès de leurs enfants et petits-enfants.

Pourtant, près de 3,4% des retraités (DREES, 2017) ont fait un autre choix, celui de continuer à exercer une activité rémunérée en 2016. Ce chiffre de 3,4% peut paraître faible mais en pratique, la proportion de retraités y aillant recours est plus élevée. En effet, le cumul emploi-retraite concerne souvent une période réduite du temps de retraite. Une analyse par cohorte montre ainsi que 14,1% de la génération 1946 a été en situation de cumul avant 66 ans. L’enquête montre également qu’en proportion ce sont plutôt les jeunes retraités qui travaillent : 8% des retraités de moins de 64 ans contre 2% des retraités de plus de 65 ans.

66 % des « cumulants » exerceraient cette activité à temps partiel et une majorité (51%) d’entre eux le ferait pour des raisons financières. 51% des cumulants exercent leur activité en CDI (contrat à durée indéterminée) et 13% le font dans le cadre de CDD. Les revenus générés représenteraient en moyenne 30% des revenus annuels.

Outre les revenus immédiats générés par le travail, le cumul d’activité est-il financièrement avantageux pour la retraite ?

Le système de retraite français permet l’exercice d’une activité rémunérée en cumul d’une pension de retraite.

Le dispositif de retraite progressive permet de cumuler un travail à temps partiel avec une retraite partielle. Une fraction de la pension vient alors complétée le salaire. Par exemple, pour un travail à 60%, l’assuré percevra 40 % du montant de sa pension de retraite. Les cotisations versées sur les salaires permettent alors d’accumuler de nouveaux droits. Ces droits supplémentaires permettront de réviser le montant de la pension au moment de la liquidation définitive.

Un autre dispositif est celui du « cumul emploi-retraite ». Pour en bénéficier, il faut avoir liquidé sa pension de vieillesse personnelle auprès de la totalité des régimes légaux, ce qui signifie que le « travailleur retraité » va continuer à cotiser au régime de retraite mais qu’il n’accumulera pas de droits supplémentaire. Il cotisera dont à fonds perdus.

Bibliographie

DREES (2017), « Cumul emploi-retraite : deux personnes sur trois travaillent à temps partiel », Études et résultats n° 1021, septembre 2017

Vincent TOUZE