BFM Business

Depuis le début de l'année, le prix de l'once d'or en euros a grimpé de plus de 20%

Des lingots d'or

Des lingots d'or - -

Avec la guerre commerciale et la montée des incertitudes, le cours de l'or a flambé depuis le début de l'année. Mais dans le même temps, l'euro a largement dévissé face au dollar. L'avis de notre expert Philippe Crevel, économiste et président du Cercle de l’Epargne, pour BFM Business.

Lingots, pièces... Dès que les nuages s’amoncellent dans le ciel de l’économie, dès que des bruits de bottes se font entendre, l’or s’apprécie. Depuis le début de l’année 2019, l’once d’or a ainsi gagné 240 euros, passant de 1.120 euros l'once à près de 1.360 euros aujourd'hui. Soit une valorisation de plus de 20%. Pourtant, l’or ne rapporte rien, ni intérêts, ni dividendes. Malgré sa démonétisation officiellement réalisée en 1976, l’or reste une valeur refuge.

Compte tenu des taux d’intérêt négatifs, certains estiment qu’il est plus intéressant d’avoir de l’or que d’opter pour des placements traditionnels. L’or offre l’avantage d’être plus dense que les billets de banques en termes de valeur. Il est plus facile de stocker des millions d’euros en lingots qu’en billets surtout depuis que la coupure de 500 euros n’est plus produite. Néanmoins, les coûts de stockage et de gardiennage générés sont plus élevés que ceux des taux d’intérêt négatifs.

En prenant en compte l’inflation, l’or peut se révéler un mauvais placement quand il est acheté en période de crise. Ainsi, au moment du second choc pétrolier, le cours de l’once d’or, en valeur actualisée, était supérieur à 1.900 dollars l’once. Il a fallu attendre la "crise des subprimes" pour retrouver ce cours. De 1989 à 2009, sa valeur était inférieure à 1000 dollars l’once. L’once d’or était même tombée en-dessous de 500 dollars au moment du changement de siècle.

Reste que l'intérêt de l'or va aussi dépendre de la parité entre l'euro et le dollar. 

L’euro, trop bas ou trop haut?

En France, l’euro fort a peu d’adeptes. Il est accusé de pénaliser les exportations françaises qui sont pourtant réalisées à plus de 60% au sein de l’Union européenne et donc peu touchées par les variations de change. Depuis sa création, en janvier 1999, le cours de l’euro a connu d’amples fluctuations par rapport au dollar.

Par rapport à son taux de change le 4 janvier 1999 (1,17 dollar), l’euro a perdu jusqu’à 27% de sa valeur par rapport à la devise américaine. Le point bas a été établi le 26 octobre 2000 à 0,8252 dollar. Il a connu son cours le plus élevé le 15 juillet 2008 à 1,6038 dollar. Son cours moyen se situe entre 1,2 et 1,3 dollar. Compte tenu des excédents courants de la zone euro, plus de 3% de PIB, en hausse depuis 2012, l’euro apparaît sous-apprécié. Au regard des résultats commerciaux, son cours pourrait être de 25 à 30% supérieur par rapport au dollar. La sous-évaluation de la monnaie européenne est imputable à la politique monétaire de la BCE ainsi qu’aux problèmes économiques et politiques que rencontrent certains États membres.

Philippe Crevel, président du Cercle de l'épargne