BFM Business

Le retour gagnant d’Eric Carreel à la tête de Withings

-

- - -

Le coup était bien masqué mais les proches de l’entrepreneur français se doutaient bien qu’il se tramait quelque chose. Croisé l’an passé à la soirée des BFM Awards, Eric Carreel (lauréat du BFM Award de la révélation de l’année en 2013) paraissait tracassé par l’avenir de sa pépite Withings, qu’il avait revendu à Nokia en 2016 (certains ont évoqué un montant de 170 M€ de transaction).

Le finlandais en avait profité pour créer sa division grand public de e-santé. Mais si Nokia a souvent montré une certaine réussite dans ses pivots et autres reconversions, - rappelons que l’industriel a démarré dans le papier et le caoutchouc avant de devenir un géant mondial des télécoms- le passage à la santé numérique a été plus laborieux, voire manqué quand on analyse le résultat aujourd’hui. Cette activité n’a jamais vraiment décollé. Nokia a eu du mal à intégrer cette division dans sa stratégie globale. Et le départ de Ramzi Haidamus à l’origine du projet de rachat de Withings a sans doute sonné le glas de cette incursion de Nokia dans la santé numérique.

Il n’en fallait pas plus pour qu’Eric Carreel revienne dans la course et rachète son entreprise. Côté Nokia, le communiqué a claqué sèchement : « la vente prévue de Santé numérique au confondateur de Withings Éric Carreel doit être une partie du changement de Nokia pour devenir une entreprise de business-to-business et de licences », a ainsi indiqué le groupe qui sans révéler le montant du rachat a précisé que « l'accord doit être conclu vers la fin du deuxième trimestre 2018 ». Et maintenant ? Eric Carreel connaît suffisamment ce secteur pour savoir que l’on ne vit pas juste avec des objets connectés (montres, tensiomètres et balances), Apple les avait d’ailleurs retirés de ses magasins. Il faut monter des services autour de ces objets et mettre en place tout un écosystème dans la santé, le bien-être et le sport connecté. Pourquoi pas des accords avec des acteurs comme La Poste, des assureurs voire des fédérations sportives. Anecdotique ? Pas forcément. L’Equipe de football australienne qui voit ses joueurs disséminés un peu partout sur la planète, avec des distances très éloignées du centre national de foot a ainsi équipé l’ensemble de ses membres d’une montre connectée (iWatch d’Apple en l’occurrence) ; avec pour objectif de suivre au quotidien la forme des joueurs comme si l’entraîneur les avait à ses côtés tout au long de la saison.