BFM Business

Vers une exonération pérenne des cotisations salariales pour les emplois des jeunes?

-

- - -

Le gouvernement fait de l'emploi des jeunes une de ses priorités. Cela passera par des aides à l'apprentissage mais aussi par un soutien aux embauches sur la durée.

Eviter la "génération sacrifiée". C'est un peu le mantra du gouvernement depuis le début de la crise. Si l'exécutif a multiplié les aides aux travailleurs, avec un fonds de soutien aux indépendants ou la mise en place du chômage partiel, la rentrée de septembre s'annonce particulièrement délicate avec l'arrivée sur le marché de l'emploi de centaines de milliers de jeunes.

Un plan jeunes est donc dans les cartons pour éviter l'embouteillage. Parmi les mesures, la pérennisation d'une exonération de cotisations salariales, qui devrait être actée par un amendement prévu mi-juillet au Sénat, affirme le journal Les Echos. Si une telle mesure avait été évoquée quelques années, elle devrait finalement s'ancrer dans les textes dans la durée.

Périmètre à détailler

Concrètement, cette exonération devrait être limitée à 2,5 smic dans la fourchette haute et uniquement pour les moins de 30 ans. Reste que la note sera salée : près de 10 milliards d'euros par an de manque à gagner pour l'Etat. Reste encore à connaître les détails: uniquement pour les embauches? CDD compris? Le gouvernement devra trancher.

"Faciliter l'insertion des jeunes par une mesure comme celle-là, c'est positif" commente l'économiste Gilbert Cette, sur le plateau des Experts de BFM Business. "Et dans le contexte de la crise Covid, ça me semble indispensable parce que sinon on va stigmatiser une génération entière qui va se heurter à des portes fermées."

A condition de ne pas se contenter de cette unique mesure, précise-t-il. Justement, l'exécutif a déjà annoncé des aides importantes pour relancer l'apprentissage dès la rentrée.

Thomas Leroy