BFM Business

Voitures autonomes: la Californie enjoint Uber d'arrêter ses tests

Les véhicules autonomes d'Uber rouleraient illégalement sur la route, selon l'État californien

Les véhicules autonomes d'Uber rouleraient illégalement sur la route, selon l'État californien - Jeff Swensen- AFP

L'état américain estime qu'Uber fait rouler illégalement des véhicules autonomes sur les routes. Les autorités californiennes pointent un risque pour la sécurité du public.

La Californie a sommé Uber de mettre un terme à son expérience de voitures sans chauffeur à San Francisco qu'elle venait juste de lancer mercredi, en raison d'un défaut d'autorisation légale et de craintes pour la sécurité.

"Il est illégal pour l'entreprise de faire rouler des véhicules sans chauffeur sur des routes publiques tant qu'elle n'a pas reçu le permis (adéquat, ndlr)", a assuré un responsable du Département des véhicules à moteur (DMV) de Californie, Brian Soublet, dans un courrier adressé à Uber.

Après Pittsburgh, le service de réservations de voitures avec chauffeur avait décidé de lancer mercredi une nouvelle phase de test à San Francisco pour affiner sa technologie dans le secteur très porteur des voitures autonomes.

Des exigences en matière de sécurité

Concrètement, n'importe quel utilisateur de l'application mobile d'Uber commandant une voiture à San Francisco pouvait se voir attribuer un véhicule sans chauffeur mais embarquant un technicien pour reprendre le contrôle en cas d'urgence.

Les autorités californiennes ont toutefois porté un très rapide coup d'arrêt à cette expérience, exigeant par ailleurs de plus grandes garanties en matière de sécurité.

"Il est essentiel qu'Uber prenne les mesures appropriées pour assurer la sécurité du public", assure Brian Soublet, agitant la menace de poursuites. "Si Uber ne confirme pas immédiatement qu'il cessera son expérience et qu'il demandera un permis, le DMV engagera des actions judiciaires", écrit-il.

Les bouchées doubles

Uber a récemment mis les bouchées doubles en matière de véhicules autonomes. En plus de ses tests, il a aussi racheté il y a quelques mois la start-up Otto, qui s'est spécialisée dans les logiciels pour camions sans chauffeur et avait conclu en octobre un premier trajet de 200 kilomètres avec un poids lourd pour livrer de la bière aux États-Unis.

Plusieurs grands acteurs du secteur technologique, dont Apple, et la plupart des grands constructeurs automobiles travaillent actuellement sur les voitures autonomes, pour lesquelles certains comme Ford ou BMW font miroiter une production en série à horizon 2021.

J.M. avec AFP