BFM Business

Vente du Rafale au Qatar: Paris reste "confiant"

François Hollande a rencontré le cheikh Tamim Ben Hamad al Thani ce lundi 23 juin.

François Hollande a rencontré le cheikh Tamim Ben Hamad al Thani ce lundi 23 juin. - -

L'Elysée a indiqué, lundi 23 juin, que la vente de l'avion de chasse a été discutée lors d'une rencontre entre François Hollande et l'émir du Qatar, mais aucune annonce n'a été faite. Alstom et Vinci ont, eux, remporté un contrat d'environ 2 milliards d'euros.

La confiance reste de mise. Lundi 23 juin, l'Elysée a indiqué que François Hollande et l'émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad al Thani, "ont parlé [de la vente] du Rafale", l'avion de chasse de Dassault.

"Les discussions se poursuivent. On a confiance sur une issue positive", a ajouté l'entourage du chef de l'Etat français, à l'issue de la rencontre entre les deux hommes.

Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, avait estimé en mars que le Rafale avait ses chances au Qatar, pays qui va renouveler sa flotte d'avions militaires à hauteur de 72 appareils. Selon des sources proches du dossier, le Qatar est aussi intéressé par l'Eurofighter Typhoon, construit par un consortium regroupant BAE Systems, Airbus Group et l'Italien Finmeccanica, ainsi que par le F-15 de Boeing.

Des contrats pour Alstom et Vinci

Si aucune annonce n'est donc survenue sur le Rafale, d'autres contrats ont été conclus ce lundi.

Qatar Railways a ainsi signé un contrat avec les groupes français Vinci et Alstom, réunis au sein d'un consortium, pour la construction du tramway de la ville nouvelle de Lusaï. Le montant du contrat est estimé à environ 2 milliards d'euros.

Qatar Railways a également paraphé un contrat avec le groupe Systra pour la "supervision des systèmes" de la première ligne de métro de Doha.

Deux accords ont été signés, par ailleurs, entre les gouvernements français et qatari pour la promotion des PME et la coopération culturelle tandis qu'un mémorandum porte sur la formation des diplomates qataris.

J.M. avec agences