BFM Business

Vélib’: le cap des 100 stations ouvertes franchi, Smove tente de justifier son retard

Près de trois semaines après le lancement du nouveau Vélib', le nombre de stations ouvertes est toujours loin du compte. L'opérateur Smovengo avance des difficultés techniques pour expliquer le retard.

Le cap des 100 stations Vélib' en service a été franchi. Ce vendredi, 112 sont ouvertes mais le service est encore loin d'être opérationnel. Trois semaines après le lancement du nouveau Vélib', les objectifs n'ont toujours pas été atteints. A l'origine, 600 stations devaient être en service au 1er janvier, un chiffre revu à la baisse à plusieurs reprises par Smovengo, le nouvel opérateur du Vélib'. 

"On comprend les usagers de Vélib' qui sont impatients"

Désormais, Smove prévoit l'installation de 60 à 80 stations par semaine et vise les 200 stations en service à la fin du mois de janvier. Jeudi, l'opérateur s'est lancé dans une opération d'explication devant la presse, reconnaissant l'insuffisance du service actuellement.

"Aujourd'hui on a un peu plus d'une centaine de stations déployées, ce n'est pas suffisant, on comprend les usagers de Vélib' qui sont impatients de retrouver ce service et on travaille très très activement pour accélérer ce déploiement et mettre le plus rapidement possible un système avec le meilleur niveau de qualité de service possible", promet sur BFM Paris Jorge Azevedo, directeur général de Smovengo. 

L'opérateur maintient toutefois l'objectif d'un déploiement complet des 1.400 stations d'ici au printemps. Smovengo se défend d'avoir sous-estimé le chantier mais explique avoir dû faire face à des délais très courts et des difficultés technique, rencontrées notamment dans l'électrification des bornes de stationnement. "Le sous-sol parisien, c'est 150 ans d'électrification", poursuit Jorge Azevedo.

Trois semaines pour installer une station

Pour arriver à une borne opérationnelle, un gabarit doit être posé, puis du béton coulé avant de passer à la réfection de la voirie. C'est à ce moment là qu'intervient l'électrification des bornes. Une seule défectueuse invalide toute la station", ajoute encore le responsable de Smovengo. Sans difficulté technique, le montage d'une station prend alors trois semaines.

Après plusieurs semaines de difficultés, Smovengo assure maintenant disposer d'une solution technique pour chaque problème identifié, le montage devrait donc désormais s'accélérer. L'opérateur indique également avoir demandé à ses partenaires, Colas et Bouygues Energies Service de "mettre le personnel nécessaire" pour parvenir aux objectifs fixés au printemps. 

A cause des retards, Smovengo encourt des pénalités financières qui pourraient atteindre un million d'euros. Des discussions sont en cours avec le syndicat Autolib' Vélib' Métropole sur ce sujet. 

Carole Blanchard avec AFP