BFM Business

Un élu porte plainte contre la SNCF

Bruno Kern, l'adjoint au maire de Belfort (Franche-Comté), a déposé une plainte au pénal contre la SNCF, pour « mise en danger de la vie d'autrui »

Bruno Kern, l'adjoint au maire de Belfort (Franche-Comté), a déposé une plainte au pénal contre la SNCF, pour « mise en danger de la vie d'autrui » - -

Trains retardés, surchargés, pas climatisés… L’adjoint au maire de Belfort, passager régulier de la ligne Paris-Bâle, dénonce un désengagement de la SNCF sur ce réseau régional.

Bruno Kern, l'adjoint au maire socialiste et vice-président de la Communauté de communes de Belfort (Franche-Comté), a déposé jeudi dernier, une plainte au pénal contre la SNCF, pour « mise en danger de la vie d'autrui ». En cause, trois incidents, les 1er, 5 et 8 juillet derniers, sur la ligne Paris-Bâle. Des trains qui circulaient sans climatisation et avec des retards répétés.

« Des trains financés avec l’argent des contribuables locaux »

Faisant partie des passagers à chaque fois, Bruno Kern dénonce un désengagement de la SNCF sur ce réseau régional : « Les deux tiers des trains de cette ligne sont financés avec l’argent des contribuables locaux, explique-t-il, scandalisé, alors la moindre des choses, c’est que la SNCF, fasse circuler des trains qui partent et arrivent à l’heure, qui sont climatisés en été et qu’elle ne mette pas des personnes âgées, des enfants dans une situation où ils doivent supporter jusqu’à 40 degrés, simplement parce qu’elle ne met plus d’argent sur cette ligne et qu’elle ne fait rien ! »

« Parce que les réclamations calmes donnent des réponses à la guimauve »

Regrettant vivement qu’en France, les « réclamations calmes [fassent] l’objet de réponses à la guimauve », il explique pourquoi il va jusqu’à porter plainte : « il arrive un moment où, si vous voulez alerter les hauts responsables, il faut taper un peu plus fort. Je ne demande pas qu’on condamne les gens. La plainte au pénal, c’est le cri qui consiste à dire : trop, c’est trop ! »

« Certains trains ressemblent à des wagons à bestiaux »

« Choqué » par l’état de certains trains, Christian, un usager de la ligne Paris-Belfort, n’est pas étonné par cette plainte : « vu les problèmes qu’on rencontre de plus en plus : certains trains sont très vétustes, on dirait des wagons à bestiaux ! Pour un organisme comme la SNCF, qui dépend de l’Etat, je trouve qu’il y a vraiment un service à améliorer. Si on prend le train, c’est pas pour son plaisir, c’est pour aller travailler. »

« Un sanglier, l’informatique… il y a toujours un problème ! »

Danièle n’a pas de voiture, elle prend le train tous les jours depuis 50 ans et à chaque fois, elle s’attend à « un épouvantable embêtement » : « il y a toujours un problème, déplore-t-elle tout en gardant le sourire : un jour c’est la locomotive qui n’est pas là, le lendemain on heurte un sanglier, le troisième jour l’informatique est en panne… »

Contactée, la SNCF a refusé de répondre. Les syndicats ne souhaitent pas réagir pour l'instant. Ils attendent les suites de la plainte.

La Rédaction, avec Sophie Delpont