BFM Business

UberPOP: Uber va faire appel de sa condamnation de 800.000 euros

"Condamné ainsi que deux de ses dirigeants pour le service UberPop, Uber fait appel et réitère son soutien à Heetch dont le procès aura lieu fin juin."

La sanction est tombée. Le tribunal correctionnel de Paris a condamné Uber à 800.000 euros d'amende, dont 400.000 euros avec sursis pour son service UberPop. Pierre-Dimitri Gore-Coty, directeur d'Uber pour l'Europe de l'Ouest à l’époque des faits, et Thibaud Simphal, le directeur général d'Uber France, ont été respectivement condamnés à 30.000 euros et 20.000 euros d'amende, dont la moitié avec sursis par la 31e chambre du tribunal correctionnel.

La réaction d’Uber ne s’est pas fait attendre. Un porte-parole nous a fait savoir que le groupe avait déjà l’intention de faire appel de ces condamnations. "Nous sommes déçus par cette décision concernant uberPOP, suspendu depuis un an", a-t-il indiqué à BFM Business.

Uber est déçu, les taxis sont "très satisfaits"

Mais, dépassant son propre cas, le groupe de VTC rappelle que malgré tout, "le débat sur le transport à la demande entre particuliers continue". En effet, le 22 juin, ce sera au tour des dirigeants de Heetch de passer devant les juges. Ils encourent "des poursuites du même type, et la Commission européenne vient de publier des lignes directrices qui encouragent l’innovation dans le secteur", précise Uber.

De leur côté, les représentants des taxis estiment que cette condamnation est une "très grande satisfaction". Dans un communiqué, Alain Griset, président de l’Union nationale de taxis (UNT), partie prenante dans le procès UberPOP avec le SAAT 33 (taxis de Bordeaux et de la Gironde), rappelle que "l’attitude d’Uber France et de ses dirigeants était d’autant plus grave qu’il s’agissait d’une 'violation réitérée et durable de la législation'".