BFM Business

Uber et ses rivaux font décoller les créations d’entreprises dans le 93

Selon les greffes des tribunaux de commerce, 3.439 entreprises de transport ont été créées l’an dernier en France, dont 2.670 en Ile-de-France.

Selon les greffes des tribunaux de commerce, 3.439 entreprises de transport ont été créées l’an dernier en France, dont 2.670 en Ile-de-France. - Uber

"Selon une étude de LegalStart appuyée par les chiffres des greffes des tribunaux de commerce, les créations d’entreprises de VTC ont surtout explosé en Île-de-France, avec en tête la Seine-Saint-Denis."

De nombreux secteurs d’activité voient l’ubérisation comme une menace qui annonce la fin de leur profession. Le conflit entre taxis et VTC en est l’illustration la plus évidente. Les premiers regardent les seconds réinventer leur activité pour à terme prendre leur place.

Dans les banlieues, ce bouleversement a été une chance pour des milliers de personnes sans emploi. Et plutôt que de s’épuiser à courir après un CDI ou un CDD qui n’arrivera peut-être jamais, ils sont nombreux à avoir décidé de devenir patrons, ou plutôt, chauffeurs-entrepreneurs.

C’est ce que révèle une étude réalisée par LegalStart.fr qui constate que "l’activité de voiture de transport avec chauffeur (VTC) est devenue le deuxième secteur de création d’entreprises en Île-de-France, notamment dans les quartiers défavorisés, le département de Seine-Saint-Denis en tête." Le secteur du VTC représente 11% de la création nationale d’entreprises en 2015, ce qui en fait la seconde activité créatrice d’entreprises et donc d’emplois en Ile de France.

VTC des villes, LOTI de la campagne

Selon les greffes des tribunaux de commerce pour l’année 2015, 3.439 "entreprises de transport de voyageurs par taxi" - nom générique de l’ensemble du secteur (Taxi, VTC, LOTI…) – ont vu le jour en France, dont 2.670 en Ile-de-France.

Et si les chauffeurs munis d’une capacité LOTI (Loi d’Orientation sur le Transport Intérieur) sont majoritairement issus des zones rurales, ce sont les VTC qui dominent. "Leur part de création en zone urbaine est deux fois supérieure à celle en zone rurale", note LegalStart.

La Seine-Saint-Denis est en tête des créations d’entreprises de VTC. Le 93 devance Paris (16%), les Hauts-de-Seine (13%), le Val-de-Marne (13%) et le Val-d’Oise (11%). Et en entrant dans le détail, les villes du 93 les plus créatrices d’entreprises de transport de voyageurs sont Saint-Denis, Drancy, Montreuil, Bobigny, Aubervilliers, Pantin et Aulnay-sous-Bois. Et la tendance ne ralentit pas puisque lors du premier trimestre 2016, ce sont encore 600 entreprises qui ont vu le jour.

Attali et Thévenoud prévoyaient plus d'emplois

Si pour beaucoup, l’effet VTC incarne la destruction, il a des effets positifs pour des milliers de personnes dans les quartiers défavorisés d’Île-de-France. L’Insee constatait récemment qu’avec la création d’entreprises, les emplois avaient évidemment suivi la courbe.

Selon l’association Alternative Mobilité Transport, on dénombre aujourd’hui 14.000 chauffeurs de VTC inscrits au Registre des exploitants. Il aura donc fallu 4 ans, 2012 étant l’année où Uber s’est installé en France, pour atteindre ce score. Et s’il n’est pas négligeable, il est encore loin de ce que prévoyaient Jacques Attali ou Thomas Thévenoud dans leurs rapports respectifs.

En 2008, l’ex-conseiller de François Mitterrand estimait dans son rapport (PDF) que le transport de personnes avait un déficit de 35.000 emplois en France. En 2014, le rapport Thévenoud (PDF) considérait lui que 100.000 emplois pourraient être créés en France dont 70% en Île-de-France. Dans les deux cas, on en est loin.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco