BFM Business

TNT Express France va supprimer 367 postes

TNT Express France va entamer les discussions avec les syndicats pour mener à bien son plan de réduction des effectifs.

TNT Express France va entamer les discussions avec les syndicats pour mener à bien son plan de réduction des effectifs. - -

En proie à des difficultés économiques, la filiale française du groupe de courrier express a présenté, ce 16 octobre, un projet de réorganisation. Il prévoit d'ici 2014 la suppression de 623 postes, en partie compensée par 256 créations.

La direction de TNT Express France, filiale du groupe néerlandais de courrier express, a présenté ce mercredi 16 octobre aux Comités d'Entreprise de ses trois filiales françaises (nationale, internationale et France) un projet de réorganisation de ses activités, dans le cadre du plan stratégique annoncé en mars 2013.

Celui-ci projet prévoit "623 suppressions de postes en France, dont 27 actuellement vacants", "en partie compensées par 256 créations de postes", a précisé à l'AFP Cyrille Gibot, porte-parole du groupe aux Pays-Bas. Soit une perte nette de 367 postes. "Tout sera mis en oeuvre pour trouver des solutions de reclassement", a assuré le porte-parole.

"Les discussions vont commencer avec les organisations syndicales et se poursuivre pendant quatre mois", a-t-il dit, soulignant que cette "réorganisation s'inscrit dans un projet d'amélioration des opérations".

Un perte nette de 304 millions d'euros au 2eme trimestre

TNT Express France fournit des services de transport express nationaux et internationaux "sur un marché qui a subi de plein fouet le ralentissement économique ces dernières années, entraînant une très forte pression sur nos prix de vente et une préférence des clients pour les services de transport économiques", a ajouté le porte-parole.

La réorganisation prévue vise à "sauvegarder la compétitivité à long terme de TNT Express France par l'amélioration de son efficacité opérationnelle, la réduction des coûts indirects et la simplification de l'organisation", selon le groupe.

Le groupe avait annoncé en juillet une perte nette de 304 millions d'euros au deuxième trimestre, contre un bénéfice net de 39 millions un an plus tôt. "A l'échelle du groupe au deuxième trimestre, le résultat opérationnel a reculé de 26%", a précisé M. Gibot.

C.C. avec AFP