BFM Business

TGV: comment Lyria va pouvoir vendre des Paris-Genève en 1ère classe pour 49 euros 

-

- - SNCF - Lyria

La filiale suisse de la SNCF TGV Lyria vient d'annoncer la création du nouvelle classe business avec un service très haut de gamme. Résultat, la 1ère classique devient nettement plus abordable.

Le TGV suisse va monter en gamme. La compagnie Lyria (détenue à 74% par la SNCF) a décidé de s'inspirer du transport aérien où les grandes compagnies séparent, de longue date, leur offre en trois classes. À partir du mois de décembre les passagers comme par exemple ceux du Paris-Genève pourront bénéficier d'une classe "business 1ère". Une nouvelle classe qu'Andreas Bergmann, le patron de la compagnie franco-suisse compare à un trois étoiles au Guide Michelin comme il détaille dans un entretien au journal suisse Le Temps

"Vous pouvez manquer votre correspondance, changer d’horaire ou de train, sans frais et avec la garantie d’avoir toujours une place libre. Par ailleurs, une voiture dédiée, juste derrière la locomotive, disposera d’un serveur pour quinze passagers [ndlr: au lieu de quarante dans un train normal]. Ce qui correspond à un service trois étoiles au Guide Michelin, avec un choix de plusieurs menus chauds, servis sur une nappe et dans de vraies assiettes, que les passagers peuvent commander quand ils le souhaitent."

Une "super classe" digne de l'Orient Express qui aura un prix puisque les billets seront proposés à partir de 220 francs suisses, soit 192 euros pour un aller simple Paris-Genève. Le service sera disponible à partir du 11 décembre et les billets commercialisés dès le 12 octobre.

La concurrence accrue du low-cost

Du coup, la 1ère classe standard (offrant un service équivalent à celle des TGV français) devient plus abordable. La compagnie baisse le prix de base de 7 francs suisses (6 euros). Un Paris-Genève reviendra ainsi à 49 euros. Les billets en 2ème classe standard, restent eux au même prix, mais "les services à bord vont augmenter" assure un porte-parole de TGV Lyria.

Ces changements tarifaires étaient devenus impératifs. La pression de la concurrence ne cesse de s'accroître. Bus ou compagnies aériennes low-cost mordent de plus en plus sur le business de la compagnie ferroviaire. "TGV Lyria avait perdu son influence tarifaire [...] ce sont les transporteurs low cost qui définissent combien coûte un trajet entre le Léman et les bords de la Seine, explique Andreas Bergmann. Soit on ignore cette réalité et on coule, soit on l’accepte en s’efforçant de trouver un nouvel équilibre financier. J’ai décidé de m’aligner, via une stratégie commerciale innovante."

Une offre renouvelé et bientôt de nouveaux trains. TGV Lyria a l'intention d'acquérir une nouvelle flotte d'ici à l'an 2020. Le projet, qui attend encore l'aval du conseil d'administration, est estimé à plus de 500 millions de francs suisses (437 millions d'euros).

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco