BFM Business

Taxis contre VTC: les modalités du fonds de garantie seront fixées avant fin juin

Laurent Grandguillaume était l'invité de BFM Business

Laurent Grandguillaume était l'invité de BFM Business - BFM Business

"Laurent Grandguillaume, le médiateur dans le conflit opposant les taxis au VTC, a annoncé sur BFM Business ce mercredi que les détails sur le fonds de garantie devant servir à compenser la chute de la valeur des licences des taxis seront annoncés fin juin."

Laurent Grandguillaume précise son calendrier. Le médiateur désigné par le gouvernement pour résoudre la crise qui oppose VTC et taxis, a déclaré sur BFM Business ce mercredi que les modalités du fonds de garantie proposé pour compenser la chute de la valeur des licences de taxis seront fixées d'ici fin juin.

"Il y aura une réunion début mai avec l'ensemble des acteurs concernés (...) pour faire des propositions par le biais du ministère des Transports. Il y aura un débat avec ces acteurs sur les critères, puis un choix sera fait avant la fin du mois de juin", a-t-il annoncé.

4 milliards d'euros ou moins

"Si l'on prend en compte l'ensemble des situations sur plus de 20 ans, c'est sûr que le fonds sera de plusieurs milliards d'euros", a-t-il indiqué, ajoutant qu'il fallait des critères "justes" pour que ce soit "acceptable et supportable par l'ensemble du secteur".

Le secrétaire d'État aux Transports a officialisé début avril la création d'un fonds de garantie pour les taxis, financé par l'ensemble du secteur, pour compenser la chute de la valeur des licences, alors que certains taxis s'étaient lourdement endettés pour les financer. Les débats porteront entre autres sur la durée de détention des licences.

"Si l'on fixe un seuil à 5 ou 10 ans, ça peut être jouable. Si c'est 5 ans, on sera à plus de 4 milliards d'euros", a estimé Laurent Grandguillaume. "Par contre, si l'on fixe un seuil à 5 ans minimum et qu'il y a un système de bonus pour ceux qui détiennent plus longtemps leur licence, on peut réussir à avoir quelque chose qui soit moins important que les 4 milliards", a-t-il ajouté.

Dans tous les cas, "il faudra mettre à contribution ces plateformes sur une durée longue, on parle de le faire sur 20 ans, pas un an ou deux", a-t-il rappelé.

J.M. avec AFP