BFM Business

Siemens et Airbus vont co-créer des réacteurs électriques

Les réacteurs hybrides devront convenir aux avions et aux hélicoptères.

Les réacteurs hybrides devront convenir aux avions et aux hélicoptères. - AFP- Stéphane de Sakutin

"Une équipe de 200 personnes va travailler à la conception de ces moteurs à réaction jusqu'en 2020."

Airbus et Siemens vont travailler main dans la main. Ce jeudi, ils ont annoncé avoir signé un accord visant à développer ensemble des réacteurs hybrides et électriques d’ici à 2020. Les différents prototypes devront pouvoir équiper des avions mais aussi des hélicoptères et des drones.

L’avionneur européen et l’industriel allemand expliquent dans un communiqué commun avoir "mis en place une équipe de 200 personnes pour renforcer la position dominante de l'Europe dans le développement d'aéronefs à propulsion électrique".

Réduire les émissions polluantes

Les deux groupes développeront des prototypes "d'une puissance allant de quelques centaines de kilowatts à plus de 10 mégawatts", destinés aux "trajets locaux réalisés par des avions de moins de 100 sièges, des hélicoptères ou des drones, ainsi que pour les vols classiques de courte et moyenne distance".

Les moteurs hybrides et électriques doivent permettre au secteur aéronautique d'atteindre ses objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre, en particulier la baisse de 75% des rejets de dioxyde de carbone (CO2) prévue par l'Union européenne.

Siemens et Airbus, associés au constructeur autrichien Diamond Aircraft, ont déjà coopéré sur un premier modèle d'avion à propulsion hybride présenté en 2011.

A.R. avec AFP