BFM Business

Rome programme à son tour la fin du diesel

La circulation au coeur de Rome, pendant un pic de pollution, en 2015.

La circulation au coeur de Rome, pendant un pic de pollution, en 2015. - Filippo Monteforte - AFP

A partir de 2024, les automobilistes roulant au diesel n'auront plus droit de circuler dans le coeur historique capitale de l'Italie, a annoncé Virginia Raggi, la maire de la capitale italienne.

Après Paris, c’est au tour de Rome de programmer le bannissement total du diesel. Mardi 27 février, la maire de Rome, Virginia Raggi, membre du Mouvement 5 Etoiles (M5S, populiste) a annoncé que le centre historique de la capitale italienne serait interdit aux voitures diesels privées à partir de 2024.

Cette annonce s’est tenue dans le cadre du forum "Women4Climate", un forum mettant en avant les réalisations de femmes dirigeantes, dans le cadre de l’organisation C40, qui réunit plus de 90 grandes villes dans le monde. La maire de Paris Anne Hidalgo préside cette organisation.

Le diesel n’a décidément pas bonne presse ces dernières semaines. La décision de la maire de Rome intervient en effet le même jour qu’un jugement de la cour administrative de Leipzig (Allemagne), qui autorise les villes allemandes à interdire la circulation de véhicules diesel, même récents.

Virginia Raggi n’a pas donné plus de détail sur la façon dont elle comptait instaurer cette interdiction. Mais contrairement à d’autres pays européens, selon des chiffres du cabinet JATO, les ventes de diesel restent stables en Italie depuis sept ans, aux environs des 50%. Les ventes de modèles hybrides rechargeables et électriques ne représentent pas plus de 3% des ventes, selon les données du cabinet Frost&Sullivan.

Il y a deux jours, le Financial Times a affirmé que le constructeur italo-américain Fiat Chrysler (FCA) allait annoncer en juin l'abandon du diesel pour la motorisation de ses voitures particulières d'ici 2022 en raison de la chute de la demande et de coûts croissants, rappelle l’AFP.

A Paris, tous les modèles diesel seront également interdits à partir de 2024. En juillet dernier, le ministre de la Transition énergétique Nicolas Hulot avait lui annoncé que tous les véhicules thermiques seront interdits à la vente en 2040.

Pauline Ducamp