BFM Business

Rinspeed, ce Suisse qui veut faire mieux que Google et Tesla

-

- - Rinspeed

Sur le CES 2016, beaucoup de voitures autonomes ou électriques seront présentées par les grands constructeurs mondiaux. Au milieu des géants, un préparateur suisse va présenter l’Etos, une voiture autonome hybride équipée d’un drone.

Tous les grands constructeurs se lancent dans la voiture électrique, assurant que les premiers modèles seront sur les routes en 2020. Mais ces grandes manœuvres n’empêchent pas quelques constructeurs artisanaux de tenter d’aller plus loin en développant des modèles autonomes.

En Suisse, Rinspeed va tenter de se faire un nom dans ce secteur qui est encore en phase de recherche et développement. Le constructeur-préparateur helvétique présentera l’Etos au CES 2016, le salon high-tech qui se tiendra début janvier à Las Vegas.

Cette présence a de quoi étonner à plusieurs titres. D'abord, parce que les constructeurs suisses ne sont pas nombreux. Ils se comptent sur les doigts d'une seule main. Le plus connu est Sbarro, mais depuis 1979, Rinspeed s'est bâti une belle réputation en transformant pour des milliardaires des voitures de série de marques prestigieuses (Porsche, Bugatti, BMW...) et en inventant des voitures qui sortent de l'ordinaire comme la sQuba, un cabriolet qui se transforme en sous-marin. Mieux que James Bond ou Fantomas.

Mais le plus étonnant est que ce petit préparateur installé à Rumikon, une commune du canton d'Argovie, a l'intention de se faire remarquer au pays de Tesla et des Google Car. Jusque-là, il ne présentait ses modèles que sur le salon de Genève. Il semble désormais prêt à se faire une réputation mondiale dans la voiture autonome avec l'Etos.

Pas de clé, mais des commandes tactiles, visuelles et gestuelles

Ce modèle est un concept car, mais il est étonnamment abouti. Et pour cause, Rinspeed s’est basé sur une BMW i8 et son moteur hybride. Le reste a été entièrement conçu par les équipes de Franck Rinderknecht, fondateur et patron de la marque. Car si extérieurement, l’Etos est une belle voiture de sport, l’intérieur est un concentré de technologies qui font d’elle un véhicule du futur.

Tout d’abord, pour la démarrer, ni clé, ni objet connecté d’aucune sorte. Rinspeed a mis au point des commandes tactiles, visuelles et gestuelles gérées par la technologie Harman Connected. Il ne lui manque que la commande vocale. Et pour visualiser les informations, deux écrans de 21,5 pouces qui affichent les indications techniques, mais aussi, lors d’un moment de détente, des contenus de divertissement. Et c’est à ce moment que l’Etos se transforme en espace détente pour devenir un véhicule parfaitement autonome.

Le volant disparaît automatiquement dans le tableau de bord et se transforme en joystick, laissant ainsi plus de place au conducteur. Et pour se rendre d’un point à un autre, on peut soit entrer une adresse, soit laisser l’auto déterminer la destination, fonctionnant comme les technologies prédictives de Google ou d’Apple.

Ces prouesses technologiques vont-elles laisser sans voix les fans qui se rendront à Las Vegas? Peut-être, mais pour assurer le coup, la version exposée au CES sera équipée d’un drone prenant place sur le capot du coffre arrière qui sert de piste d’atterrissage. Une vraie performance technologique, mais reste à savoir à quoi et à qui elle servira au quotidien.

Autre mystère, le coût d'un tel engin. Le tarif de base d'une BMW i8, qui sert de base à l'Etos, est de 150.000 euros, soit deux fois le prix d'un Model S de Tesla. Avec les technologies qu'elle embarque, elle ne risque pas de devenir la voiture de "Monsieur tout le monde".

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco