BFM Business

Richard Branson investit dans Hyperloop One qui devient Virgin Hyperloop One

Avec Hyperloop One, Richard Branson, le président fondateur de Virgin Group, se lance un nouveau défi dans le transport.

Avec Hyperloop One, Richard Branson, le président fondateur de Virgin Group, se lance un nouveau défi dans le transport. - Hyperloop One

Richard Branson, le président fondateur de Virgin Group, a décidé de rejoindre le projet de train supersonique. Le montant de l'investissement n'a pas été révélé, mais le dirigeant fait désormais partie du conseil d'administration de la start-up.

Richard Branson connaît bien le transport aérien, il s'est lancé dans les croisière de luxe, et désormais, c'est le ferroviaire qui l'attire. Mais pas n'importe lequel. Ce qui fait rêver le président fondateur de Virgin Group, ce sont les trains supersoniques du projet Hyperloop. Jeudi 12 octobre, Virgin a annoncé que le groupe rejoignait le projet de train à grande vitesse Hyperloop. Richard Branson rejoindra le conseil d'administration et la start-up sera rebaptisée Virgin Hyperloop One, selon un communiqué qui ne précise toutefois pas les détails financiers de l'opération.

Les deux entreprises précisent que ce partenariat "se concentrera sur le transport de passagers et de marchandises à usage mixte, en plus de la création d'une nouvelle division passagers". De son côté, Hyperloop One indique qu'elle "gardera le contrôle de tous les aspects techniques et de développement, ainsi que la conception des produits et des systèmes, du développement des affaires et de la stratégie".

"Après avoir visité le site d'essais d'Hyperloop dans le Nevada et rencontré son équipe dirigeante l'été dernier, je suis convaincu que cette technologie d'avant-garde va changer les moyens de transport tels que nous les connaissons et réduire significativement les durées de déplacement", a affirmé Richard Branson sur son blog.

Le but à atteindre: 1200 km/h

Shervin Pishevar, co-fondateur et président exécutif d'Hyperloop One, a estimé pour sa part que ce partenariat était "tout à fait naturel". "Virgin est une marque reconnue et avoir Richard comme allié va aider à renforcer notre projet et développer Hyperloop One dans le monde", a-t-il souligné.

L'idée d'Hyperloop a été lancée en 2013 par l'entrepreneur Elon Musk, fondateur du groupe automobile Tesla et de la société aéronautique SpaceX, mais il est aujourd'hui développé par d'autres sociétés sans lien capitalistique avec lui.

Un second test mené et réussi par Hyperloop One avait eu lieu fin juillet dans le Nevada (ouest), permettant de faire circuler un prototype sur 450 mètres à des vitesses atteignant près de 310 km/h, contre 112 km/h lors du premier essai complet, en mai. Le but est d'atteindre des vitesses de l'ordre de 1200 km/h.

Le projet a déjà rassemblé des financements de l'ordre de 160 millions de dollars avec notamment des participations de l'opérateur portuaire DP World Group (Dubai), de la SNCF, de General Electric et du fond d'investissement russe RDIF. D'autres compagnies développent des projets similaires comme Northeast Maglev et Hyperloop Transportation Technologies.

Pascal Samama avec AFP