BFM Business

Reprise d’Opel: General Motors impose ses conditions à PSA

La reprise d'Opel par PSA ne comprend pas les innovations développées par General Motors qui équipent les prochains modèles.

La reprise d'Opel par PSA ne comprend pas les innovations développées par General Motors qui équipent les prochains modèles. - Andreas Arnold - dpa/AFP

Selon la presse allemande, General Motors ne cédera pas les brevets de motorisation électrique dont est dotée l’Ampera-e, l'Opel électrique qui sera lancée dans quelques mois. PSA pourrait aussi ne pas avoir le droit de vendre ce modèle aux États-Unis, en Russie et en Chine.

General Motors est prêt à vendre Opel à PSA, mais pas à n’importe quelles conditions. Selon Der Spiegel, le groupe américain ne compte pas céder les technologies du moteur électrique de l’Ampera-e qui ont été développées pour la Chevrolet Bolt. PSA pourra vendre ce modèle, mais en payant des royalties. 

Si cette information se confirme, c’est un coup dur pour PSA puisque le groupe ne pourra pas non plus utiliser ces technologies pour équiper une future Peugeot ou une Citroën. Et si GM y consent finalement, il faudra lui reverser des droits.

Toujours selon le Spiegel, GM poserait une autre condition encore plus contraignante. PSA ne pourra pas commercialiser l’Ampera-e en Amérique du Nord, en Russie et en Chine. Sur ces trois marchés, "PSA ne pourrait vendre que les modèles qui ne sont pas équipés des technologies de GM". 

Aucun des trois acteurs concernés n’a désiré commenter ces informations. L’accord de vente devrait être signé lors du salon automobile de Genève qui débutera le 9 mars.

Pascal Samama