BFM Business

Quand Bugatti fabrique en vrai le modèle du jeu Gran Turismo

En bas le modèle virtuel de Gran Turismo, en haut la véritable Vision GT sortie des ateliers de Bugatti à Molsheim.

En bas le modèle virtuel de Gran Turismo, en haut la véritable Vision GT sortie des ateliers de Bugatti à Molsheim. - Bugatti

La marque de voiture la plus extravagante du monde a dévoilé au Salon de Francfort le concept Vision GT. Un modèle qui avait été créé virtuellement dans le jeu Gran Turismo de Sony.

Jamais autant de monde n'aura conduit une Bugatti. Alors que la marque vend en général quelques dizaines de pièces par an, le modèle Vision a potentiellement été mis dans les mains de 2,4 millions de pilotes amateurs grisés par les 400 km/h affichés par le monstre. Et sans risque d'accident en plus. Car la Bugatti Vision est un modèle totalement virtuel. Une super-car créée en exclusivité par la marque pour le jeu Gran Turimo 6 sur Playstation 3. 

Sauf que Bugatti a décidé de la faire sortir de l'écran. Elle vient de dévoiler au Salon de Francfort le modèle Vision GT qui est l'exacte réplique du modèle virtuel créé en 2013 pour le jeu de course. Evidemment il s'agit d'un concept qui ne sera pas réellement commercialisé (mais les Bugatti le sont-elles réellement?) et qui préfigure la successeuse de la Veyron, le modèle vendu depuis 10 ans et qui devrait prochainement tirer sa révérence. 

1.600 chevaux, 460 km/h!

"Avec la Bugatti Vision Gran Turismo, nous n'avons pas développé une voiture fantaisiste comme on pourrait s'y attendre dans cette catégorie de jeu", explique Achim Anscheidt, directeur de l'équipe de conception chez Bugatti. "Nous avions pour objectif de créer un véhicule qui pourrait également être piloté sur un véritable circuit s'il venait à quitter le monde virtuel." 

C'est donc chose faite. Et si Bugatti n'a pas donné d'information sur les entrailles de la Vision GT, on peut extrapoler en reprenant les caractéristiques du modèle virtuel. La Vision de Gran Turismo est équipée d'un moteur quadri-turbo hybride développant plus de 1.600 chevaux (non il n'y a pas de faute de frappe!) pour une vitesse maximale de 460 km/h et un 0 à 100 km/h expédié en 2 secondes. De quoi faire passer une Ferrari pour une gentille Scenic.

D'Ettore Bugatti au patron de Volkswagen

Car Bugatti est sans doute la marque la plus extravagante de la planète automobile. Par ses performances hallucinantes (la Veyron reste à ce jour la voiture la plus rapide du monde avec 415 km/h), son prix catalogue insensé de 2,76 millions d'euros (ce sont les Rolls qui passent cette fois pour des Scenic) et sa production artisanale à la main à Molsheim dans le Bas-Rhin. Bugatti était bien à l'origine une marque française créée en 1909 par Ettore Bugatti, un Italien naturalisé français passionné de mécanique et de chevaux. 

Une marque qui deviendra mythique en remportant de nombreuses courses automobiles avant de sombrer au sortir de la seconde guerre mondiale. Revendue en 1963 au groupe espagnol Hispano-Suiza puis relancée en 1987 par un entrepreneur, la marque ne renaîtra réellement de ses cendres qu'en 1998. Cette année-là, Ferdinand Piëch, le patron de Volkswagen de l'époque, rachète les droits de la marque et re-crée une société Bugatti dans son berceau original à Molsheim.

Le petit-fils du fondateur de Porsche en fait sa danseuse et l'installe dans un château à côté duquel il fait construire un atelier de fabrication. Une manufacture ultra-moderne dans laquelle les ingénieurs et mécaniciens travaillent comme des horlogers suisses. "Chaque geste est millimétré, les voitures de sport naissent grâce à un travail de précision", explique la marque sur son site internet. Le tout dans un cadre luxuriant où les bolides côtoient les vieilles pierres. Bien loin du bitume des circuits et des taches d'huile. La moindre des choses pour la marque la plus aristocratique du monde.

-
- © Bugatti
Frédéric Bianchi