BFM Business

PSA: Tavares n'envisage pas la création d'une marque low-cost

Carlos Tavares n''envisage pas dans l'immédiat une implantation aux Etats-Unis.

Carlos Tavares n''envisage pas dans l'immédiat une implantation aux Etats-Unis. - -

Auditionné devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, le président du directoire de PSA a livré plusieurs indications sur la stratégie de son groupe. Ainsi, il ne veut pas créer une gamme low-cost.

Le président d'un groupe en pleine mutation face aux députés. Ce mercredi 21 mai, le président du directoire de PSA, Carlos Tavares a été auditionné par la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale.

"Le redressement de PSA est bien engagé mais il y a encore beaucoup de progrès à accomplir", a-t-il déclaré, selon des propos rapportés par le compte twitter de PSA Peugeot Citroën. Il a surtout rappelé et complété plusieurs pans de sa stratégie.

> La différenciation accentuée entre les marques

Carlos Tavares avait déjà indiqué qu'une des pierres angulaires de sa stratégie était d'accentuer la différenciation entre Peugeot et Citroën tout en développant la marque DS qui doit, à terme, devenir autonome.

Ce mercredi, toujours selon le compte Twitter de PSA Peugeot Citroën, le nouveau patron du groupe français a attribué à chacune de ses marques des qualités propres qui précisent leur positionnement. Ainsi, DS est "le symbole du luxe et du glamour à la française", Peugeot est "une marque avec une rigueur technologique forte, symbole de l'élégance, de l'émotion et la qualité". Enfin il décrit Citroën comme une marque de "confort, innovation conceptuelle et utile, design".

> Pas de marque low-cost

Interrogé par le député UMP Daniel Fasquelle, Carlos Tavares a affirmé qu'il "n'est pour l'instant pas pertinent de s'embarquer dans la création d'une marque low-cost", alors que son rival Renault possède la marque Dacia. "Je préfère améliorer les marges des marques dont PSA dispose aujourd'hui", a-t-il ajouté.

#Tavares à l'@AssembleeNat :"Je préfère améliorer les marges des marques dont #PSA dispose aujourd'hui" pic.twitter.com/Q73SjtrEpF
— PSA Peugeot Citroën (@PSA_news) 21 Mai 2014

> Une internationalisation plus forte

Carlos Tavares a rappelé son objectif, qui est de vendre 50% de ses véhicules hors des frontières européennes. "La croissance de la demande d'automobiles d'ici 2020 sera de 60% en Chine et en Asie", a-t-il notamment mis en avant. Sur ce point, il a vanté le partenariat avec Dongfeng "qui nous permettra d'investir sur le marché du sud-est asiatique".

> Pas encore de PSA aux Etats-Unis

Interrogé sur l'implantation de son groupe aux Etats-Unis, Carlos Tavares a sobrement répondu que "la question de l'Amérique du Nord se posera dès que l'entreprise sera redressée". Donc théoriquement en 2016.

#Tavares à l'@AssembleeNat :" La question de l'Amérique du Nord se posera dès que l'entreprise sera redressée" #PSA pic.twitter.com/YFUDXi5cW3
— PSA Peugeot Citroën (@PSA_news) 21 Mai 2014

> Une stratégie à définir sur l'électrique

"Nous allons devoir définir une stratégie pour continuer à offrir aux consommateurs des véhicules électriques, cette stratégie n'est pas arrêtée, nous n'avons pas eu le temps d'aborder ce sujet", a indiqué le président du directoire de PSA.

"Je pense que c'est une stratégie qui sera reconstruite dans les douze prochains mois, et la question se posera de savoir est-ce qu'on les développe tout seul, en partenariat, où est-ce qu'on va les fabriquer ?", a-t-il ajouté.

> Développer les scooters

Un peu moins connue du grand public, l'activité de PSA sur les scooters. "Il y a un potentiel et un intérêt stratégique à redresser Peugeot Scooters", a ainsi jugé Carlos Tavares. "Les deux et trois roues c'est une activité très intéressante sur le plan de la mobilite urbaine", a-t-il continué.

Julien Marion avec Reuters