BFM Business

PSA: l'augmentation de capital validée par le conseil de surveillance

Le conseil de surveillance de PSA réuni le 19 janvier a validé l'ouverture du capital du groupe

Le conseil de surveillance de PSA réuni le 19 janvier a validé l'ouverture du capital du groupe - -

Le conseil de surveillance du constructeur automobile, tenu le 19 janvier, aurait validé une augmentation de capital d'environ 3 milliards d'euros, permettant l'arrivée du chionois Dongfeng et de l'Etat français. En Bourse, le titre Peugeot est sanctionné.

Le conseil de surveillance de PSA, qui était réuni dimanche 19 janvier pendant 4 heures, aurait validé le projet d'une augmentation de capital du constructeur. Elle pourrait aboutir à faire entrer le chinois Dongfeng et l'Etat français à hauteur d'environ 14% du capital chacun, selon Les Echos de ce 20 janvier.

Des informations qui n'ont pas encore été confirmées par le constructeur mais qui ont pénalisé le titre Peugeot peu après l'ouverture de la Bourse Parisienne. Vers 9h15, l'action de la marque au Lion perdait ainsi 6%.

En cause: le prix de souscription des nouvelles actions, qui serait compris entre 7,5 et 8 euros, selon Les Echos, soit environ 35% de moins que le cours de clôture de vendredi.

Via cette opération, PSA compte lever environ trois milliards d'euros. La première phase prendrait la forme d'une augmentation de capital réservée de 1,5 milliard d'euros, qui devrait voir l'Etat français et le constructeur automobile chinois Dongfeng entrer au capital à part égale, soit environ 14 % du capital chacun, pour un investissement autour de 750 millions d'euros, avec un prix de souscription qui devrait être compris entre 7,5 et 8 euros.

Les salariés pourraient souscrire

Dans un second temps, un appel au marché complémentaire devrait permettre de lever environ 1,5 milliard d'euros, tandis que les salariés se verraient également proposer de souscrire à l'opération.

La famille, aujourd'hui principal actionnaire de PSA avec 25 % du capital, remettrait au pot. Elle pourrait ainsi conserver le même niveau de représentation, soit environ 14 % du capital.

P.C avec Reuters