BFM Business

Pourquoi Renault reprend 400 ingénieurs d'Intel en France

Renault va racheter une société nouvellement créée par Intel dans laquelle seront transférées les activités de R&D portant sur les logiciels embarqués, exercées à Toulouse et Sophia Antipolis.

Renault va racheter une société nouvellement créée par Intel dans laquelle seront transférées les activités de R&D portant sur les logiciels embarqués, exercées à Toulouse et Sophia Antipolis. - David Becker-GETTY IMAGES NORTH AMERICA-AFP

Renault va intégrer 400 salariés d'Intel France, spécialistes des logiciels embarqués. Ils renforceront sa compétence technologique dans les véhicules connectés alors que l'industrie automobile se "numérise" à tout va.

C'est un contexte inattendu qui préside au rapprochement entre un constructeur automobile français et un géant américain de la Tech. Renault va reprendre des sites de recherche et développement d’Intel situés à Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes) et Toulouse (Haute-Garonne), regroupant 400 salariés hautement spécialisés dans le logiciel, mais dont l'emploi était menacé.

C'est une véritable aubaine pour le constructeur automobile qui récupère "clés en main" un savoir-faire technologique pointu pour étoffer la partie logicielle embarquée de ses voitures. C'est aussi une excellente nouvelle pour les salariés concernés, le fabricant américain de puces électroniques ayant décidé en 2016 de fermer tous ses sites français de recherche et développement.

Les compétences des ingénieurs français d'Intel permettront de développer des technologies de mise à jour à distance de l'informatique embarquée et de services personnalisés dans un véhicule, "en toute autonomie et en temps réel, sans intervention d’un tiers" selon Renault. Le constructeur français s'inspire en cela de ce que pratique déjà Tesla sur ses voitures électriques connectées qui mettent à jour régulièrement leur logiciel comme des smartphones.

Certaines équipes ainsi reprises par le constructeur disposent déjà de compétences appliquées au secteur de l’industrie automobile dans le domaine d’application du Multimédia et de la connectivité.

Cette acquisition s’effectuera à travers l’achat par Renault d’une société nouvellement créée par Intel dans laquelle seront transférées les activités de R&D portant sur les logiciels embarqués, exercées sur les sites de Toulouse et Sophia Antipolis en France. Cette société sera rattachée à la Direction Engineering des Systèmes Alliance du Groupe Renault.

Les 400 salariés qui rejoignent les 6.000 personnes de la division R&D de Renault resteront basées sur leur site en région, ce qui évitera de casser la dynamique locales existante mise en place du temps d'Intel des relations nouées avec les universités, des industriels, des start-ups, etc...

L'alliance Renault-Nissan, de son côté, avait en 2016 noué avec Microsoft un partenariat mondial sur le développement de technologies de voiture connectée.

Frédéric Simottel et Frédéric Bergé