BFM Business

Pourquoi Patrick Pélata, l'ancien bras droit de Carlos Ghosn, espérait une éviction de Thierry Bolloré

L'ancien bras droit de Carlos Ghosn estime que le renvoi de Thierry Bolloré est une très bonne chose.

L'ancien directeur général délégué aux opérations du groupe Renault (2008-2011), Patrick Pélata, s'attendait à ce que Thierry Bolloré soit remercié. "Je peux même dire que je l'espérais et je n'étais probablement pas le seul", a ainsi assuré ce lundi l'ex-bras droit de Carlos Ghosn sur BFM Business dans l'émission "12H L'heure H". Le directeur général de Renault Thierry Bolloré a en effet été limogé vendredi dernier, l'intérim étant désormais assuré par Clotilde Delbos. 

Pour quelle raison Patrick Pélata se réjouit-il de cette décision? Parce que selon lui, le climat au sein du groupe s'était sensiblement détérioré ces derniers temps et que des personnes haut gradées, pourtant reconnues pour leur expertise, pouvaient se faire limoger sans réelle justification.

"L'atmosphère était devenue difficile au sein de l'entreprise avec les gens qui se sentaient menacés", explique l'ancien dirigeant. Patrick Pélata a ensuite pris l'exemple d'Arnaud Deboeuf, ancien directeur du CEO Office de l'Alliance Renault-Nissan, poussé vers la sortie et passé début septembre chez le concurrent PSA. "Si quelqu'un, qui a une carrière brillante, qui a tout réussi et qui peut se faire virer sur la base d'un mensonge, alors tout le monde peut se faire virer. Et ça, ça créé une ambiance absolument abominable dans l'entreprise", pointe Patrick Pélata, actuellement administrateur indépendant du groupe Safran.

Une fuite des cerveaux

Et de poursuivre: "En interne, on fait le décompte. En un an, c'est plus de trente personnes qui sont parties de haut niveau. (…) Donc oui, c'est grave, il en reste, Dieu merci – tout le monde n'est pas parti – mais c'est un problème et je pense que Jean-Dominique Senard (président de Renault, NDLR) a été très sensible à cet aspect des choses quand il a décidé de passer à l'acte vis-à-vis de Thierry Bolloré", poursuit Patrick Pélata.

Reste désormais à savoir qui peut succéder à Thierry Bolloré. Pour Patrick Pélata, plusieurs pistes sont possibles.

"Ce que je constate c'est qu'aujourd'hui dans l'automobile, tous les grands patrons (…) viennent de l'industrie automobile, ils connaissent. (…) Donc je pense qu'il faut que ce soit quelqu'un qui connaisse très bien l'industrie automobile dans toutes ses dimensions (…). En interne, il y a du monde. Simplement, il faut le temps de les amener au niveau d'un comité exécutif et de finir de les 'mâturer' pour ce poste. Il y a aussi des gens qui sont partis chez Nissan de Renault et qui sont excellents. J'en connais au moins deux (…). En externe, c'est plus difficile à trouver", conclut-il, "parce que ça va se trouver chez un autre constructeur automobile et j'imagine que ce n'est pas très facile".
JCH