BFM Business

Pourquoi Michelin investit dans un service de voiturier en Chine

Michelin proposera des possibilités d’entretien dans son réseau TyrePlus à chaque fois qu’un client confiera son véhicule à la start-up chinoise e Dai Bo.

Michelin proposera des possibilités d’entretien dans son réseau TyrePlus à chaque fois qu’un client confiera son véhicule à la start-up chinoise e Dai Bo. - Philippe Lopez-AFP

"Michelin investit dans e Dai Bo et son service de voiturier dans 24 aéroports chinois via une plateforme numérique. La start-up proposera l'entretien des véhicules dont elle a la garde, dans le réseau de Michelin en Chine."

Michelin accélère dans le numérique. Après avoir investi dans des sites Internet marchands de pneumatique, l'industriel du pneumatique signe un partenariat avec e Dai Bo, une start-up proposant des services de voiturier en Chine, via une plateforme numérique. Pour Philippe Barreaud, responsable de l’incubateur programme office de Michelin en Asie: "Le besoin pour les services de voiturier est très fort dans les villes chinoises et nous sommes convaincus que e Dai Bo est en bonne position pour devenir un leader de ce nouveau marché en pleine expansion".

Michelin va investir une somme dont le montant n'a pas été précisé pour financer l'essor de cette jeune société en activité dans 24 grands aéroports chinois. Elle commence à diversifier sa présence dans le cœur de grandes métropoles telles que Pékin et Shanghai où la demande de stationnement ne cesse de croître.

"Avec cet investissement stratégique, non seulement nous allons obtenir un financement et un soutien de la part de Michelin, mais nous allons aussi être plus à même de proposer des services d’entretien automobile haut de gamme à nos clients dans les aéroports comme dans les centres villes" affirme Lv Ye, le PDG de e Dai Bo. 

Promouvoir TyrePlus, le réseau d'entretien de Michelin

En retour, dans le cadre de son offre de service, e Dai Bo a choisi TyrePlus, le réseau franchisé de Michelin, comme prestataire d’entretien automobile. Les clients qui utilisent son service de voiturier auront ainsi la possibilité de faire réviser leur véhicule, générant ainsi une activité dans l'un des 1.400 ateliers de cette enseigne du groupe français.

La start-up chinoise avait déjà lancé son premier service d’entretien automobile à l’aéroport international de Shanghai-Pundong en février 2016 sous le nom de "e Car Care" qui n’oblige pas les utilisateurs à être présents lors de l’entretien du véhicule.

En plus de l'investissement de Michelin, elle a déjà reçu des fonds, dans un précédent tour de table, de Tamarace Capital, de Guo Xin Jun An Venture Capital et d’autres sociétés de capital-risque.

Frédéric Bergé