BFM Business

Pour sauver Air France-KLM, la piste d'un emprunt de 6 milliards d'euros se confirme

Air France-KLM

Air France-KLM - AFP

Jean-Baptiste Djebbari, le secrétaire d'Etat aux Transports explique que des discussions sont en cours entre la compagnie, les services de Bercy, l'agence des participations de l'Etat et les Pays-Bas.

Le plan de sauvetage d'Air France semble se confirmer. Il y a quelques jours,

Reuters avançait que les Etats français et néerlandais, qui détiennent chacun 14% du capital du groupe aérien (14,3% pour l'Etat français et 14% pour l'Etat néerlandais plus précisément), ont uni leurs forces pour régler les problèmes de trésorerie de la compagnie, mettant de côté pour l'occasion leurs divergences concernant la gouvernance du groupe.

Le scénario retenu serait celui d'un emprunt pouvant atteindre quatre milliards d'euros garanti par l'Etat français pour Air France combiné à un emprunt de près de deux milliards garanti par l'Etat néerlandais pour KLM.

Ce mercredi matin, Jean-Baptiste Djebbari, le secrétaire d'Etat aux Transports, confirme cette piste. "C'est a peu près ces horizons financiers. C'est en discussion. Vous annoncez un volume qui n'est pas irréaliste, donc je peux le confirmer", a-t-il déclaré sur LCI.

Une entreprise "essentielle"

"C'est en discussion évidemment avec les services de Bercy, l'agence des participations de l'Etat et nos homologues néerlandais", a-t-il ajouté. "Air France-KLM est une belle entreprise et nous voulons qu'elle reste en l'état, c'est pourquoi nous sommes prêts à la soutenir", a déclaré la semaine dernière le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, lors d'une conférence de presse en ligne.

"Nous sommes en discussions avec KLM et Air France depuis longtemps et en particulier avec l'Etat français", ajoutait le ministre des Finances néerlandais Wopke Hoekstra. "Il est très important d'aider cette entreprise essentielle dans ces temps difficiles", a-t-il ajouté.

Au-delà du groupe franco-néerlandais, les gouvernements à travers le monde tentent de mettre sur pied des plans de soutien pour les principales compagnies aériennes mondiales.

Aux Etats-Unis, une aide de 58 milliards de dollars pour le secteur aérien est prévue dans le plan de soutien de 2.000 milliards de dollars (1.842 milliards d'euros) visant à soutenir l'économie des Etats-Unis.

OC