BFM Business

"Pas de départs contraints chez Air France", exige le ministre des Transports

FRédéric Cuvillier, ministe délégué aux Transports, était l'invité de BFMTV ce 2 août

FRédéric Cuvillier, ministe délégué aux Transports, était l'invité de BFMTV ce 2 août - -

Invité de BFMTV et RMC, ce 2 août, le ministre des Transports est revenu sur le plan de réduction d'effectifs chez Air France KLM et sur le niveau des prix des péages d'autoroute.

"La question des coûts n'a pas été suffisamment anticipée". C'est ainsi que le ministre des Transports a évoqué le plan de rationalisation et de réduction des effectifs annoncé par la direction d'Air France le 1er août. "Les mesures n'ont pas été prises au bon moment", a ajouté Frédéric Cuvillier qui utilise donc l'argument de l'héritage.

Il a cependant estimé nécessaire un tel plan. "L'endettement d'Air France est de 6,5 milliards d'euros et son déficit d'exploitation de 1,2 milliard", a-t-il rappelé. Mais le gouvernement restera vigilant sur l'application du plan. "Pas de départs contraints et négociation avec les syndicats de personnels", a-t-il exigé.

Pas de nouvelle hausse des autoroutes

Concernant la polémique sur le niveau des péages d'autoroutes lancée par la Cour des comptes la semaine dernière, Frédéric Cuvillier s'est défendu en rappelant que le gouvernement Ayrault avait commencé à agir sur le sujet en limitant les hausses. "Elles sont de 2% alors qu'elles étaient de 2,3% auparavant", a-t-il précisé.

A propos de la hausse de la redevance payée par les concessionnaires d'autoroutes, il a rappelé que les 100 millions d'euros d'actualisation décidée ces dernières semaines par le gouvernement allaient servir à améliorer les autres infrastructures routières.

Il a adressé une fin de non recevoir au PDG de Vinci qui réclamait,le 1er août, une nouvelle hausse des tarifs pour compenser cette augmentation.

P.C