BFM Business

Les trottinettes en libre-service de Bird valent déjà 1 milliard de dollars

La start-up Bird a été créée il y a un an par un ancien d'Uber

La start-up Bird a été créée il y a un an par un ancien d'Uber - Bird

Créée il y a seulement un an, Bird a séduit les investisseurs avec son service de trottinettes électriques. Grâce à une levée de fonds de 150 millions de dollars, elle s'apprête à rejoindre le club des licornes, ces start-up valorisées à plus d'un milliard de dollars.

À Paris, les vélos et les autos en libre-service, Vélib' et Autolib' sont dans la panade. Aux États-Unis, un simple service de trottinettes électriques vient de transformer en licorne la start-up qui en à eu l'idée, un an après les premiers tours de roues. Bird pourrait voir sa valorisation passer le cap du milliard de dollars grâce à une nouvelle levée de fonds 150 millions de dollars menée, selon Bloomberg, par Sequoia Capital

L’entreprise a été créée en 2017 par Travis Vander Zanden, qui a fait ses armes chez Lyft et Uber. Plutôt que de lancer un service de vélos comme ces géants, il a opté pour des trottinettes. Il passé un accord avec Xiaomi qui lui fournit ses M365, un modèle qui file à 25 km/h. La réservation se fait via une appli et le tarif est d’environ de 15 cents la minute, soit moins de trois dollars pour un trajet d’un quart d’heure.

Le financement des parkings et des voies de circulation

Aux États-Unis, ce moyen de locomotion a le vent en poupe et les investisseurs misent dessus pour les clients qui ne veulent monter sur un vélo pour effectuer de courtes distances pour pas cher. Lime, le principal concurrent de Bird vient de réaliser une levée de 132 millions de dollars et prépare déjà un nouveau tour de table. Pour ces opérateurs, les coûts sont très inférieurs à celui des bicyclettes. La maintenance est basique et la gestion du parc de nécessitent pas de lourdes infrastructures.

Pour le moment, le service de Bird n’est ouvert qu’à Santa Monica, en Californie mais il est bloqué par plusieurs villes américaines. San Francisco, plutôt accueillante pour les nouveaux services de mobilité, a ainsi décidé d’interdire les services de trottinettes en libre-service après les plaintes de riverains qui se plaignent de les voir jetées à tous les coins de rues.

Bird tente déjà de faire le dos rond en imposant des nouvelles règles aux usagers comme prendre une photo à la fin d’un trajet pour prouver que l’engin a été correctement déposé. Mi-avril, la start-up a proposé à la ville de financer des espaces de stationnement et des pistes cyclables à raison de 1 dollar par engin et par jour. L'argument va-t-il séduire les autorités de San-Francisco? Depuis cette proposition, ni Bird, ni la ville n'ont désiré faire de commentaires à ce sujet.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco