BFM Business

Les pilotes d'Air France dénoncent les taxes payées par leur groupe

Le syndicat des pilotes est solidaire d'Air France.

Le syndicat des pilotes est solidaire d'Air France. - -

Le principal syndicat de pilotes du groupe a critiqué, ce mercredi 4 décembre, l'alourdissement de plusieurs taxes décidé par le gouvernement. Il chiffre la facture totale à 90 millions d'euros pour Air France.

Air France et ses pilotes tirent dans la même direction. Ce mercredi 4 décembre, Jean-Louis Barber, le président du SNPL Air France ALPA, principal syndicat des pilotes de la compagnie, a réclamé dans un communiqué "de cesser de ponctionner les compagnies françaises".

Le syndicat s'insurge notamment contre l'augmentation de 12% à partir du 1er avril prochain de la taxe de solidarité, dite "taxe Chirac", destinée à financer la lutte contre les pandémies dans les pays pauvres. Le groupe Air France avait, lui-même, déploré la hausse de cette taxe.

En outre, le syndicat souligne que "l'augmentation de TVA sur les transports, qui passe de 7 à 10 %, (au 1er janvier ndlr), annule l'intégralité du bénéfice du crédit d'impôt compétitivité décidé l'an dernier par l'Etat français".

Une facture à 90 millions d'euros

Le SNPL demande enfin la baisse des redevances aéroportuaires alors que le groupe Aéroports de Paris souhaite une augmentation de ses redevances de près de 3%.

"Entre le versement de la taxe Chirac, subie principalement par le Groupe Air France, et qui s'élève à 70 millions d'euros, et l'augmentation des redevances aéroportuaires demandée par ADP cette année, la facture s'élève à environ 90 millions d'euros pour le Groupe Air France", déclare-t-il.

"Nous ne pouvons pas accepter que les efforts consentis par les salariés d'Air France soient engloutis par ces augmentations de taxes", poursuit le syndicat.

Air France, lourdement endetté, tente de réduire ses pertes et a lancé son deuxième plan de départ en deux ans.

J.M. avec AFP