BFM Business

Les chauffeurs VTC dénoncent leurs conditions de travail

Les chauffeurs VTC ont manifesté ce jeudi pour protester contre leurs conditions de travail. En direct sur BFMTV, Grégoire Kropp, porte-parole d'Uber France, a contesté les revendications des chauffeurs utilisant sa plate-forme.

Les chauffeurs VTC manifestaient ce jeudi pour réclamer des améliorations de leurs conditions de travail et de leur rémunération.

Selon le président d'Actif VTC, Jean-Luc Albert, un chauffeur Uber gagne seulement 3,75 euros de l'heure, une fois les frais déduits. Une information contestée sur BFMTV par le porte-parole d'Uber France.

"Aujourd'hui, le chiffre d'affaires horaire avec les frais de service d'Uber qui sont déjà déduits est de 19,90 euros par heure. Là-dessus, il faut enlever toutes leurs charges ce qui représente 40 à 50% de charges en fonction du type de voiture, en fonction de comment ils roulent, et il leur reste environ dix euros par heure de travail sur l'application Uber. Dix euros net qui doivent ensuite être mis aux impôts", a affirmé Grégoire Kropp.

Grégoire Leclercq, cofondateur de l'Observatoire de l'Uberisation, a évalué quant à lui le revenu moyen d'un autoentrepreneur en France à "12.000 ou 13.000 euros par an, c'est très faible".

Mais pour le porte-parole d'Uber France, les chauffeurs sont des clients de l'application et non des salariés. "Il n'y a aucune obligation de travailler avec l'application Uber (…) Si jamais l'application ne leur convient pas, ils peuvent travailler avec nos concurrents", a-t-il conclu.

Astrid Landon