BFM Business

Le vrai-faux record du Boeing 777 de British Airways

La compagnie British Airways n'a battu aucun record en janvier sur le trajet New York-Londres.

La compagnie British Airways n'a battu aucun record en janvier sur le trajet New York-Londres. - ADRIAN DENNIS - AFP

Le vol 114 du British Airways du 7 janvier n'a ni battu un record de vitesse, ni frôlé la vitesse du son, n'en déplaise à la presse anglaise.

La presse britannique encense ces derniers jours sa compagnie aérienne nationale, la British Airways. Le Telegraph s'enthousiasmait ainsi le 10 janvier, d'un record de vitesse qu'aurait battu un de ses Boeing 777, dans la nuit du 7 au 8 janvier 2014. Ce vol, le BA114, poussé par des vents très puissants, aurait relié New York à Londres en 5 heures et 16 minutes, au lieu des quelque 7 heures habituelles. Il aurait même été à deux doigts de franchir le mur du son. Au risque de doucher cet élan patriotique, il faut remettre les points sur les i. Aucun record n'a été battu cette nuit-là, et l'appareil n'a jamais effleuré la vitesse supersonique.

> Air France a fait mieux cette nuit-là

Le vol British Airways 114 a décollé depuis l'aéroport de JFK International, à 20h50, et devait atterrir aux alentours de 10h30 à Londres Heathrow, soit à peu près 6h50 de vol. Il mettra plus 1 heures et 34 minutes de moins. Surtout, sa vitesse a régulièrement excédé les 640 noeuds, avec une pointe à 651 noeuds soit 1.205 kilomètres à l'heure. 

Une rapidité certes notable, mais Air France a fait encore mieux cette nuit du 7 janvier. Son Boeing 777 assurant le vol New York JFK- Paris CDG a volé pendant quelques minutes à 1.260 km/h. Et durant plus d'une heure, son allure s'est maintenue au-dessus des 1.200 kilomètres par heure. Le vol n’a ainsi duré que 5 heures et 27 minutes, une demi-heure de moins que son temps habituel. 

"Tous les vols transatlantiques vont plus vite ces dernières semaines", temporise British Airways elle-même. Ainsi la nuit du 9 janvier, un 747 d'Air France assurant la liaison Mexico-Paris a atteint 1.256 kilomètres à l'heure, a tweeté son pilote, Mathias Marteau: 

> Des vitesses bien plus importantes déjà atteintes

Même ces pointes au-dessus de 1.200 km/h restent bien loin des records historiques. La plus forte vitesse jamais atteinte sur un vol commercial serait de 2.232 kilomètres heure, selon le site Ground speed record, qui compile ce type de performances. L'exploit revient évidemment à un Concorde, le supersonique franco-britannique qui a cessé de voler en 2003. Il date justement du 15 juin 2003, et est –cette fois réellement- à mettre au crédit d'un pilote de la British Airways.

Pour un avion de ligne non-conçu pour dépasser la vitesse du son, le record revient à un Boeing 747, qui a passé les 1.390 kilomètres heures, le 15 février 2010, sur un vol reliant le Japon à la côte ouest des Etats-Unis. Cette fois encore, un appareil aux couleurs de la compagnie britannique. Le premier Airbus de notre classement occupe la troisième place, un A340 de la Singapore Airlines, a volé à 1.359 kilomètres heures un 28 mars de l'année 2009. (Ci-dessous, notre diaporama des 10 appareils les plus rapides de l'histoire).

Ces performances sont généralement enregistrées en hiver, une saison où les températures froides de l'hémisphère nord et les vents violents créent des conditions idéales. Elles amplifient la vitesse des jetstream, ces sortes de tubes d'accélération situés dans l'atmosphère de la terre, où l'air circule plus rapidement, généralement d'ouest en est. 

> Le mur du son loin d'être franchi

Les vitesses évoquées plus haut ne sont pas celles de l'avion seul. Pour reprendre l'image donnée par un pilote d'Air France, "c'est le même principe qu'un piéton sur un tapis roulant d'escalator: en marchant dans le sens du tapis, il va très vite. Dans le sens contraire, c'est l'inverse". En d'autres termes, les pointes enregistrées ces derniers jours correspondent à la vitesse du vent au sein du jetstream cumulée à celle de l'appareil.

Parler de franchissement de la vitesse du son n'a donc aucun sens. Car pour atteindre une allure supersonique, il faudrait que l'appareil dépasse 1.224 kilomètres heures par rapport à l'élément qui l'entoure, c’est-à-dire la masse d'air. Or ici, il s'agit de vitesses mesurées par rapport au sol. "Le mur du son ne peut pas être franchi par un avion de ligne", confirme Air France. Seul le Concorde le pouvait.

Pierre Kupferman et Nina Godart