BFM Business

Le président d'Airbus estime que le groupe "perd de l'argent à une vitesse inédite" et joue sa survie

Le gouvernement a présenté un plan de sauvetage de l'industrie aéronautique ce mardi

Le gouvernement a présenté un plan de sauvetage de l'industrie aéronautique ce mardi - PASCAL PAVANI / AFP

Dans une lettre envoyée vendredi aux salariés du constructeur, le président exécutif de l'entreprise, Guillaume Faury prévient que des suppressions d'emplois sont à prévoir.

Airbus prépare ses salariés au pire. Le groupe estime même que la crise sanitaire actuelle pourrait mettre en péril sa survie sans action immédiate.

Dans une lettre adressé aux 135.000 employés envoyée vendredi et dont Reuters a eu copie, le président exécutif de l'entreprise, Guillaume Faury, écrit qu'Airbus "perd de l'argent à une vitesse inédite" et qu'une baisse d'un tiers ou plus des taux de production ne reflète pas le pire des scénarios pour la compagnie.

Il demande aux employés se préparer à des réductions d'emplois potentiellement plus importantes qu'annoncées. Interrogé par Reuters, l'avionneur européen s'est refusé à tout commentaire.

Déjà 3.000 salariés français en chômage partiel

Airbus a commencé à mettre en place des mesures de chômage partiel concernant 3000 personnes en France, financées par le gouvernement "mais il se peut que nous devions prévoir des mesures supplémentaires", a dit Faury.

"La survie d'Airbus est en jeu si nous n'agissons pas maintenant", a-t-il ajouté. Il a aussi annoncé que les nouvelles mesures de production pourraient rester en place le temps de réévaluer la demande, précisant que cela pourrait prendre entre deux et trois mois.

La compagnie doit publier dans les jours à venir ses résultats du premier trimestre dans le contexte d'une pandémie qui a mis les compagnies aériennes à genoux avec 80 à 90% du trafic arrêté.

OC