BFM Business

Le deuxième aéroport de Madrid bradé à des Asiatiques?

Un fonds d'investissement chinois vient de déposer une offre de 10.000 euros pour racheter l'aéroport espagnol de Ciudad Real, près de Madrid.

Un fonds d'investissement chinois vient de déposer une offre de 10.000 euros pour racheter l'aéroport espagnol de Ciudad Real, près de Madrid. - DR

Sa construction avait coûté 450 millions d’euros. Mais après plusieurs tentatives de ventes infructueuses, l’aéroport fantôme de Ciudad Real, a trouvé un seul repreneur qui met 10.000 euros sur la table. Le tribunal de commerce ne veut pas le céder à ce prix.

Cet aéroport construit à l'origine pour décharger celui de Madrid Barajas pourrait finalement être revendu pour une bouchée de pain. Situé à 235 kilomètres de la capitale, l'aéroport espagnol de Ciudad Real (Castille La-Manche) vient de trouver acquéreur pour... 10.000 euros, rapporte Le Figaro ce lundi. Seul candidat au rachat, le groupe chinois Tzaneen international a déposé cette offre avant la clôture des enchères, fixée le 17 juillet, et a déjà versé les 2 millions d’euros d’aval exigés.

10.000 euros, une somme dérisoire au regard des 450 millions d’euros que l’aéroport privé a coûté à construire. Inauguré en 2008, ce projet pharaonique devait attirer les vols de compagnies à bas coûts à destination de la capitale espagnole, et accueillir plus de 2,5 millions de passagers par an. Mais il n’a pas survécu à la crise de 2008 et est devenu l’un des symboles de la bulle immobilière espagnole: au total, seules 100.000 personnes y ont voyagé. L’aéroport a fait faillite en 2010, plus aucun vol commercial n’en a décollé depuis fin 2011 et il a été mis en vente en décembre 2013 pour 100 millions d'euros. Mais, à ce prix, il n'avait jamais trouvé preneur.

Décision le 15 septembre

Tzaneen International, un fonds créé par des investisseurs asiatiques pour mener à bien cette acquisition, justifie notamment la faiblesse de sa proposition financière par l’existence "d’une zone immobilière adjacente fragmentée". Dans un communiqué, relayé par Le Monde, le groupe promet d’investir entre 60 et 100 millions d’euros. L’idée? transformer l’aéroport déserté en "porte d’entrée en Europe" pour le transport des marchandises, "avec une attention spéciale au marché chinois".

L’offre du fonds d’investissement chinois a toutefois été jugée insuffisante par le tribunal de commerce de la ville de Ciudad Real. La juridiction avait fixé à 40 millions d'euros minimum le prix de vente de l'aéroport. Le juge a donc préféré accorder un nouveau délai pour conclure la vente, comme le lui permet la loi. Les acheteurs potentiels ont désormais jusqu’au 15 septembre pour proposer des contre-offres, indique Le Monde.

En espérant que le l’aéroport de Ciudad Real ne connaîtra pas la même mésaventure que celui de Toulouse, qui a vu Mike Poon, le riche industriel chinois qui devait le racheter, s’évaporer mystérieusement il y a quelques semaines.

V.R.