BFM Business

Latam, la plus grande compagnie aérienne d'Amérique Latine, en faillite à cause du coronavirus

Alors que ses vols ont été réduits de 95% à la suite de l'épidémie, la compagnie qui emploie 41.000 salariés se dit incapable de faire face à ses échéances financières.

L'épidémie de coronavirus vient de terrasser une nouvelle compagnie aérienne. Latam, la plus grande compagnie aérienne d'Amérique latine, s'est déclarée en faillite mardi aux Etats-Unis, incapable de faire face à ses échéances financières après la chute de son activité. 

"Le 26 mai, Latam Airlines Group a sollicité son placement sous la protection du chapitre 11 aux Etats-Unis", a annoncé la compagnie, précisant que cela n'aurait aucun effet immédiat sur ses vols commerciaux ou de fret. 

Le mois passé, le transporteur brésilo-chilien avait annoncé qu'il réduisait de 95% ses vols en réponse à la crise sanitaire mondiale, qui a mis un coup d'arrêt aux déplacements dans le monde entier.

"Compte tenu de l'impact de la crise générée par le Covid-19 sur l'industrie aéronautique, Latam a été contrainte de prendre une série de décisions extrêmement difficiles au cours des derniers mois", a déclaré son PDG Roberto Alvo, dans une déclaration vidéo. 

Rappelons qu'aux Etats-Unis, le recours au chapitre 11 est un dispositif qui permet à une entreprise n'arrivant plus à rembourser sa dette de se restructurer à l'abri des créanciers.

Plus de 41.000 salariés

Latam Airlines est le nom du groupe formé en 2010 à la suite de la fusion des compagnies aériennes chilienne LAN Airlines et brésilienne TAM Linhas Aéreas. Il emploie plus de 41.000 personnes, dessert 152 destinations et a transporté plus de 74 millions de passagers en 2019.

La semaine dernière, c'est Laudamotion, deuxième compagnie autrichienne, filiale de Ryanair et fondée par le mythique pilote de Formule 1 Nikki Lauda, qui annonçait la fermeture de sa base à Vienne et la suppression de plus de 300 emplois.

Pour Alexandre de Juniac, patron de l'Association internationale du transport aérien (IATA), "la quasi totalité des compagnies aériennes est en difficulté voire en très grande difficulté", déclarait-il début mai sur BFM Business.

Et de mettre en avant l'importance cruciale des plans de soutien décidés par le gouvernement de différents pays: "nous avons estimé (...) que si les plans gouvernementaux n'étaient pas mis en oeuvre d'ici juin, et normalement ils devraient l'être et dans des proportions assez importantes, (...) la moitié des compagnies aériennes seraient en faillite". 

Olivier Chicheportiche avec AFP