BFM Business

La SNCF veut doubler ses revenus issus de l'immobilier

La SNCF compte doubler ses revenus tirés de l'immobilier, qui s'élèvent actuellement à 450 millions d'euros.

La SNCF compte doubler ses revenus tirés de l'immobilier, qui s'élèvent actuellement à 450 millions d'euros. - Eric Piermont - AFP

Le groupe ferroviaire va se doter d'une nouvelle branche qui sera spécialisée dans la gestion de son parc immobilier. L'entreprise compte ainsi doubler les recettes issues des 12 millions de mètres carrés qu'il possède.

La SNCF veut aller plus loin dans l'immobilier. Dans la foulée de la réforme ferroviaire, l'entreprise compte se renforcer dans la gestion de son parc.

Le but est de doubler les revenus issus de ses actifs bâtis et non bâtis. Une structure dédiée sera prochainement créée et baptisée SNCF immobilier. L'immobilier est, en effet, la pépite inexploitée de la compagnie ferroviaire.

L'entreprise dispose de 12 millions de mètres carrés en France. Il s'agit de bâtiments industriels, de bureaux mais aussi de logements. A cela s'ajoute plus de 20.000 hectares de terrain.

Ce qui fait de la SNCF l'un des plus gros propriétaires fonciers en France. A l'image de SNCF Voyages qui gère les TGV, SNCF immobilier pilotera donc ce parc immobilier.

450 millions d'euros par an 

L'entreprise pourrait, selon les cas, vendre des terrains ou prendre part à des projets immobiliers. Dans le même temps, l'entreprise à l'intention de construire ou rénover 3.000 logements par an d'ici à 2018.

Actuellement l'immobilier rapporte 450 millions d'euros par an à la compagnie ferroviaire. La SNCF compte bien multiplier par deux ces revenus tirés de la pierre. Certes, cette somme paraît dérisoire à côté des 33 milliards d'euros de chiffre d'affaires du groupe.

Faire face à la baisse de la rentabilité

Mais cette manne reste bienvenue au moment où la rentabilité globale de l'entreprise est en sérieuse perte de vitesse. La compagnie a ainsi vu cette rentabilité passer de 28% à 12% entre 2008 et 2013, a souligné un récent rapport de la Cour des comptes, publié fin octobre.

Or, la SNCF compte bien inverser cette tendance et semble notamment préparer des augmentations de tarif ciblées. Par exemple, la clientèle de première classe devrait être mise à contribution, avec une hausse de 8 euros de chaque billet. Ce qui permettrait de dégager 15 millions d'euros de chiffre d'affaires supplémentaire par an.

Mathieu Sévin et BFMbusiness.com