BFM Business

La SNCF va faire de la pub sur les mesures de remboursement

Guillaume Pepy patron de la SNCF.

Guillaume Pepy patron de la SNCF. - Eric Piermont / AFP

La compagnie a constaté que les mesures d'indemnisation "ne sont pas très bien connues". La SNCF va faire de la publicité dans les gares pour tenter d'y remédier.

La SNCF va "faire de la publicité" sur les mesures de remboursement aux usagers affectés par la grève pour que ceux-ci "connaissent mieux leurs droits individuels à indemnisation", a annoncé le président de l'entreprise ferroviaire Guillaume Pepy jeudi.

"Souvent", les mesures de remboursement "ne sont pas très bien connues", a constaté Guillaume Pepy au micro de France Info. Il a indiqué que la SNCF allait en faire la publicité dans les gares, "pour que nos 4 millions et demi de clients connaissent mieux leurs droits individuels à indemnisation".

Guillaume Pepy a rappelé qu'il avait été décidé que pour les trajets en TGV, les billets seraient "échangeables et remboursables sans aucun frais, même quand il y a marqué non échangeable non remboursable". Pour les trains régionaux TER, utilisés par presque un million de voyageurs par jour, les abonnés bénéficieront d'un mois de juin à moitié prix. Pour la région Ile-de-France, une réunion de concertation est prévue le 16 mai avec les associations d'usagers et la présidente de la région Valérie Pécresse, a également rappelé Guillaume Pepy.

L'objectif: que la grève se termine "le plus vite possible"

Interrogé sur le conflit en cours, le président de la SNCF a déclaré que "l'objectif est que la grève s'arrête le plus vite possible". "Cette grève aujourd'hui, beaucoup de Français ne la comprennent pas", a-t-il affirmé.

Pour Guillaume Pepy, il faut "regarder la réalité en face, se mettre autour de la table et construire ensemble des solutions pour qu'on ait une SNCF plus armée à la concurrence et un meilleur service public".

Quant au futur contrat de travail, Guillaume Pepy a jugé qu'il faudra "quelque chose qui soit différent, mais pas moins intéressant que le statut de cheminot d'aujourd'hui". "Il faudra que notre contrat de travail SNCF séduise des jeunes", a-t-il souligné, car "chaque année, on embauche entre 6 et 7000 jeunes à la SNCF ".

J.-C.C. avec AFP