BFM Business

La grève est suspendue à la SNCM

La SNCM reprend le travail.

La SNCM reprend le travail. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le syndicats de la SNCM ont décidé, ce mardi 1er avril, de reprendre le travail. Ils ont obtenu des garanties : Transdev, l'actionnaire principal n'engagera pas de procédure collective.

La SNCM reprend le travail. Les syndicats de la compagnie maritime ont suspendu, ce mardi 1er avril, le mouvement de grève après avoir obtenu des garanties de l'actionnaire principal Transdev sur l'avenir du groupe, a appris l'AFP auprès de la CFE-CGC.

"Le groupe Transdev a garanti par courrier à l'Etat qu'il n'enclencherait aucune procédure collective devant le tribunal", a indiqué à l'AFP Pierre Maupoint de Vandeul, délégué CFE-CGC des officiers, à l'issue d'une AG commune des syndicats.

Conseil de surveillance le 14 avril

Dans cette lettre, le PDG de la SNCM, Jean-Marc Janaillac, se montre rassurant. "Je peux vous indiquer qu'à notre connaissance, rien dans la situation financière actuelle de l'entreprise ne justifie qu'un tel processus soit mis en oeuvre", écrit-il.

Après un conflit de près de dix jours, début janvier, les syndicats avaient décidé de lancer un nouveau mouvement face aux "menaces graves et imminentes" pesant sur l'opérateur historique des lignes Corse-continent.

Au fil des conseils de surveillance, Transdev (66% du capital), filiale de la Caisse des dépôts (CDC) et de Veolia Environnement, a affiché son hostilité croissante vis-à-vis du plan de redressement de la société, qu'il estime "fragile". Le PDG de Veolia Environnement, Antoine Frérot, a même défendu le recours "à la protection du tribunal" de commerce.

"Dès à présent, l'Etat se mobilise pour trouver d'ici la fin de l'année un actionnariat industriel portant le redressement de l'entreprise sur les bases de son plan long terme", avec la désignation d'"un responsable interministériel" chargé du dossier, annonce Frédéric Cuvillier dans une lettre aux syndicats.

Transdev a reçu, lundi, les responsables du groupe norvégien Siem Industries "pour engager des négociations" sur une reprise de sa participation, "avec la volonté d'aboutir dans les meilleurs délais", assure Jean-Marc Janaillac.

Un conseil de surveillance se tiendra par ailleurs le 14 avril concernant la commande de quatre bateaux au chantier naval STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

J.M. avec AFP