BFM Business

La Chine inflige une amende de 28 millions d'euros à General Motors

La coentreprise chinoise de GM est accusée d'entente sur les prix sur les modèles de différentes marques, comme Buick et Chevrolet.

La coentreprise chinoise de GM est accusée d'entente sur les prix sur les modèles de différentes marques, comme Buick et Chevrolet. - Greg Baker, AFP

La coentreprise du constructeur automobile américain en Chine est accusée d'entente sur les prix avec les concessionnaires. Pékin nie que cette sanction lui ait été inspirée par les déclarations anti-chinoises de Donald Trump.

La Chine est-elle en train de déterrer la hache de guerre économique contre les Etats-Unis? D'après Reuters, le constructeur américain General Motors (GM) vient en effet de se voir infliger une amende de 201 millions de yuans, soit près de 28 millions d'euros. La télévision d'Etat chinoise CCTV a précisé qu'il s'agissait d'une sanction visant sa coentreprise avec SAIC Motor, premier groupe automobile chinois, pour avoir fixé une tarification minimale avec les concessionnaires sur des modèles des marques Cadillac, Chevrolet et Buick.

Montée des tensions avec la Chine?

"GM respecte pleinement les lois et les réglementations locales des pays où il opère", a réagi General Motors dans un communiqué transmis à Reuters. "Nous apporterons un soutien total à notre coentreprise chinoise afin de mener toutes les actions nécessaires dans le respect de cette affaires." 

Mi-décembre, le journal China Daily avait révélé qu'un constructeur américain serait bientôt sanctionné et la possibilité qu'il s'agisse de GM avait été évoquée par une source proche du dossier.

Après les charges de Donald Trump visant la Chine, la reprise de contact avec Taïwan et les menaces d'imposer des droits de douane de 45% sur les produits chinois notamment, cette amende à venir avait été interprétée comme une des premières représailles économiques visant les Etats-Unis. D'autant que, comme le souligne le journal Les Echos, une autre entreprise américaine, le fournisseur de dispositifs médicaux Medtronics, vient également d'écoper d'une amende de 119 millions de yuans, soit 16,35 millions d'euros. 

Une enquête démarrée avant les propos de Trump

Les observateurs ont toutefois fait remarquer que l'enquête antimonopole visant la coentreprise de GM avait été ouverte avant les déclarations de Donald Trump. 

Dans l'automobile en particulier, la Chine a en outre sanctionné ces dernières années de nombreuses entreprises étrangères. Les constructeurs allemands Audi et Daimler ou encore le japonais Toyota ont ainsi été sanctionnés pour des pratiques monopolistiques, comme vient de l'être GM.

Julien Bonnet