BFM Business

La CFTC contre la grève reconductible à la SNCF

Le président de la CFTC, Jacques Voisin, s'est opposé vendredi au mot d'ordre de grève reconductible à la SNCF, affirmant que son syndicat chez les cheminots n'est plus représentatif depuis 2009. /Photo prise le 7 avril 2010/REUTERS/Jean-Paul Pélissier

Le président de la CFTC, Jacques Voisin, s'est opposé vendredi au mot d'ordre de grève reconductible à la SNCF, affirmant que son syndicat chez les cheminots n'est plus représentatif depuis 2009. /Photo prise le 7 avril 2010/REUTERS/Jean-Paul Pélissier - -

PARIS (Reuters) - Le président de la CFTC, Jacques Voisin, s'est opposé vendredi au mot d'ordre de grève reconductible à la SNCF, affirmant que son...

PARIS (Reuters) - Le président de la CFTC, Jacques Voisin, s'est opposé vendredi au mot d'ordre de grève reconductible à la SNCF, affirmant que son syndicat chez les cheminots n'est plus représentatif depuis 2009.

Dans un communiqué, il explique que sa confédération "ne cautionne en aucun cas les grèves reconductibles" à la SNCF.

Selon lui, d'anciens dirigeants dissidents de la CFTC-Cheminots ont déposé des préavis de grève reconductible en région Alsace, Lorraine, à Lyon et au dépôt Paris-Est où ils sont représentatifs.

Mais ces dissidents "ont été déchus à titre définitif de leurs mandats syndicaux par une décision du conseil confédéral de la CFTC au mois de septembre".

En conséquence, les cheminots de la CFTC sont représentés par sa fédération des transports, précise-t-il.

Parallèlement, en renonçant à appeler à la grève le 12 octobre, l'Unsa-RATP a ouvert vendredi une brèche dans le front syndical contre une réforme des retraites que ses adhérents estiment jouée d'avance.

Le deuxième syndicat du métro parisien a pris sa décision après avoir consulté sa base, qui "a l'impression qu'on utilise les gens des transports comme de la chair à canon".

Gérard Bon, édité par Jean-Baptiste Vey