BFM Business

L'Etat américain ne veut pas vendre ses parts dans General Motors

BFM Business

L'Etat américain qui refuse de privatiser. C'est le paradoxe souligné par le Wall Street Journal du lundi 17 septembre. Selon le quotidien économique, le département du Trésor américain ne souhaiterait pas vendre la participation de l'Etat fédéral dans le constructeur automobile américain General Motors.

La raison: le Trésor craint que cette cession se traduise par une importante perte pour Washington. General Motors prévoit de racheter 200 des quelques 500 millions d'actions que l'Etat américain détient. Les 300 millions restants seront ensuite vendus dans un second temps dans le cadre d'une offre publique d'achat.

Seulement le Trésor souligne que le cours de clôture de General Motors se situe actuellement à 24 dollars; ce qui ferait perdre à l'Etat américain environ 15 milliards de dollars, par rapport à sa mise initiale de 2009.

Le Trésor indique ainsi n'être prêt à céder ses parts qui si l'action remonte au-delà des 30 dollars,afin de limiter la moins-value occasionnée.

BFMbusiness.com et Reuters