BFM Business

Ile-de-France: les transports proches de la rupture

Les transports sont à bout de souffle en Ile-de-France

Les transports sont à bout de souffle en Ile-de-France - BFM Paris

Alors que le nom du nouveau président de la Société du Grand Paris sera connu ce vendredi, les défis à relever en matière en transports en commun sont grands. La construction des nouvelles lignes du Grand Paris Express ont déjà pris du retard, et les conséquences sont importantes.

Des retards et des suppressions de trains, des wagons bondés… C’est le quotidien de nombreux usagers des transports en commun. Pour tenter de pallier ces problèmes, la région a décidé de lancer le Grand Paris Express, composé de quatre nouvelles lignes de métro. 

Un nouveau président pour la Société du Grand Paris

Le nom du nouveau président de la Société du Grand Paris, qui chapeaute la construction de ce Grand Paris Express, sera connu ce vendredi. Deux candidats sont sur les rangs, Pierre Bédier (LR), le patron des Yvelines, et Patrick Braouezec (PCF), le président de Plaine Commune en Seine-Saint-Denis.

Sauf retournement de situation, c'est ce dernier, qui a le soutien de l'Etat, qui devrait l’emporter. Et il aura de grands défis à relever, notamment au sujet de la construction des nouvelles lignes du Grand Paris Express, qui ont déjà pris du retard.

La mise en service de la ligne 15 a par exemple été repoussée à 2030. Ce qui n’est pas sans conséquence pour les usagers et les futurs propriétaires qui ont déjà investi sur le tracé de la ligne.

"Nous avions un engagement de l’Etat"

La ligne E par exemple, pourtant bonne élève du réseau francilien, accumule les incidents depuis plusieurs semaines. Les rames sont régulièrement bondées, et ce problème pourrait devenir quotidien, faute de nouvelles lignes de métro. Car des milliers de logements sont en construction dans l’est parisien, à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Et 30.000 personnes devraient bientôt s’y installer, soit, un bon nombre de nouveaux usagers pour la ligne.

Gérard Cosme, président d’Est Ensemble, est remonté face à la lenteur du projet du Grand Paris Express.

"Lorsque ces gens-là ont acheté, lorsque les promoteurs ont décidé d’intervenir sur ces terrains, nous avions un engagement de l’Etat de livrer le métro Express de la ligne 15 en 2024. Or aujourd’hui, les annonces qui ont été faites par le gouvernement au printemps dernier nous ont fait savoir que la programmation de la livraison en 2024 était repoussée aux années 2030 et 2031", s'agace-t-il.

Une situation inacceptable pour ces communes riveraines de la future ligne 15. Une association vient d’ailleurs d’être créée pour demander le maintien de la livraison du nouveau métro en 2024.

C. P. avec Emmanuelle Lebon