BFM Business

Hyperloop One, le train supersonique californien est déjà sur les rails

"Trois ans seulement après sa création, Hyperloop lance les premiers tests de son train ultra rapide dans le désert du Nevada. La première ligne opérationnelle devrait relier Las Vegas à Los Angeles en 20 minutes à 1.200 km\/h."

Le développement d'Hyperloop One va vite, aussi vite que le train supersonique qu'elle met au point. Une performance exceptionnelle quand on sait que l’entreprise a été créée il y a seulement trois ans par Elon Musk.

Les tests de ce train qui doit atteindre 1.200 km/h démarrent cette semaine dans le désert du Nevada. Cette fusée sur rail n’atteindra pas encore sa vitesse de pointe. Elle se contentera de rouler à 640 km/heure, soit deux fois plus vite qu’un de nos TGV.

Face à ce concurrent, la SNCF ne se contente pas de regarder passer les trains. Elle a décidé de participer à la dernière levée de fonds de 80 millions de dollars sans indiquer le montant exact de son apport. En Hyperloop, un trajet Paris-Marseille nécessiterait seulement 40 minutes de voyage contre 3 heures 20 actuellement. Une autre entreprise française est entrée dans l’aventure. Il s’agit de Systra qui a conclu avec l’américain un partenariat technologique.

Le lancement des premiers tests est un événement technologique mondial et pour Rob Lloyd, PDG d’Hyperloop One, c’est l’avènement de trois ans d’efforts. "L'Hyperloop existe vraiment et dès maintenant", a-t-il lancé lors d’une conférence de presse qui s’est tenue ce mardi aux États-Unis.

Au-delà de la vitesse qui réduit les temps de parcours entre des villes très éloignées, c’est le tarif qui va ébranler les transports, qu’ils soient terrestres ou aériens. Il y a quelques mois, le groupe californien indiquait qu'un trajet San Francisco/Los Angeles coûterait une vingtaine de dollars, soit environ 18 euros. Un montant qui risque de bousculer tous les autres modes de transport longue distance.

Reste à savoir comment l'entreprise rentabilisera son projet. Car si le consommateur paiera un montant dérisoire, ce tronçon de 600 km représente un investissement de 6 milliards de dollars. La somme paraît élevée, mais elle est à comparer avec le budget de la ligne à grande vitesse actuellement en cours de construction, qui atteint 100 milliards de dollars pour relier les deux villes californiennes.

Et pour ceux qui doutent de la rentabilité de l’opération, Elon Musk répondait en 2013 que son but n'était pas de "faire des tonnes d’argent". Il veut "seulement" révolutionner la planète. Tout est dans ce détail.

Aujourd'hui, le milliardaire de 41 ans n'est plus aux commandes d'Hyperloop. Comme nous l'indiquions récemment, il a confié le projet à deux start-up. Hyperloop One est chargée du premier réseau en test au Nevada, tandis que Hyperloop Transportation Technologies se lance dans la construction d'un premier réseau en Slovaquie.

Pascal Samama