BFM Business

Grève des taxis: le mouvement reconduit ce mercredi

La préfecture de police de Paris a conseillé aux automobilistes d'éviter la porte Maillot, le quartier de Bercy et l'accès aux aéroports mercredi.

Ils vont passer la nuit à manifester. Le mouvement engagé mardi par les chauffeurs de taxis est reconduit mercredi. Ces derniers, appelés à la mobilisation par 11 syndicats et associations de la profession, entendent à nouveau dénoncer la concurrence déloyale des Voitures de transport avec chauffeur (VTC).

Comme mardi, où la circulation a été particulièrement délicate en raison des blocages des taxis, la préfecture de police de Paris conseille aux automobilistes de "contourner largement les abords de l'Ouest parisien et l'Est parisien" dans les quartiers de la Porte Maillot et de Bercy, et d'éviter les aéroports en raison de la reconduction des manifestations de taxis, dans un communiqué transmis à l'AFP.

Nomination d'un médiateur

"Les rassemblements dans la capitale aux abords de la Porte Maillot et de la place du Bataillon du Pacifique (dans le quartier de Bercy, ndlr) sont maintenus cette nuit et reconduits pour la journée du mercredi 27 janvier. Dès 6 heures, de nouveaux rassemblements sont envisagés sur les sites des aéroports d'Orly et de Roissy Charles-De-Gaulle", affirme-t-elle.

La journée de mardi a été marquée par une importante mobilisation des chauffeurs de taxis, rejoints par des collègues belges, anglais, espagnols ou italiens. Le soir, ils bloquaient toujours la porte Maillot, malgré l'appel à la dispersion lancé par le préfet de police de Paris, Michel Cadot. Les syndicats avaient pourtant été reçu à Matignon mais avait estimé insuffisante la nomination d'un médiateur par le Premier ministre pour régler le conflit qui les oppose aux VTC.

24 interpellations

"On a l’impression que c’est un retour vers le passé, dénonce sur BFMTV Ibrahima Sylla, le président de l'association Taxis de France. Aujourd’hui, c’est un SOS, on ne peut plus tenir, il faut que le gouvernement prenne ses responsabilités." Le représentant syndical a également appelé au calme. "Arrêtez de nous associer avec des délinquants", insiste Ibrahima Sylla. 

Car cette journée de mobilisation a également été émaillée d'incidents. Au total, vingt-quatre personnes ont été interpellées, à Orly et à Paris, à la porte Maillot et à la porte de la Chapelle, notamment pour "violences volontaires, port d'arme et incendie volontaire", selon une source policière. Dix-huit ont été placées en garde à vue, selon le préfet de police.

la rédaction avec AFP