BFM Business

François Lenglet: les difficultés de la SNCF "ne relèvent pas du statut des cheminots mais de l'État"

François Lenglet était l'invité de BFMTV-RMC ce jeudi. L'éditorialiste économique s'est exprimé sur le conflit qui oppose les agents de la SNCF au gouvernement. Selon lui, l'exécutif a commis "une erreur" en ciblant le statut des cheminots dans son projet de réforme ferroviaire.

Journaliste économique et auteur de l'ouvrage "Tordez le cou aux idées reçues" (à paraître aux éditions Stock), François Lenglet estime que "présenter les difficultés de la SNCF comme relevant exclusivement du statut des cheminots, ça n'est pas vrai."

"Le coût du statut, il est là. Mais il est évident qu'il fallait le conserver pour les personnes qui sont déjà dans l'entreprise car on ne rompt pas un contrat comme celui-là. Mais le statut n'est qu'un des sujets dans un vaste multitude de sujets" concernant la SNCF, a-t-il rappelé. 

L'éditorialiste économique a notamment pointé du doigt "l'extraordinaire désordre des investissements en matière ferroviaire". Selon lui, ces erreurs sont largement imputables à l'État. 

"Il n'y a pas si longtemps, pour sauver Alstom, on a commandé des TGV fantômes. Ce qui a eu pour effet de creuser davantage la dette de la SNCF", a-t-il critiqué. 

Alors que la huitième séquence de grève des agents de la SNCF contre la réforme ferroviaire s'est achevée mercredi, l'intersyndicale souhaite faire voter les cheminots sur le projet de réforme. 

François Lenglet estime qu'il est trop tard pour mettre en oeuvre un tel dispositif. "L'Assemblée nationale a voté pour cette réforme ferroviaire avec une écrasante majorité. On peut le regretter, mais c'est la démocratie", a-t-il déclaré. François Lenglet concède cependant que les cheminots "peuvent maintenant négocier les modalités de cette réforme."

A.M.