BFM Business

En plein mariage avec PSA, le patron d'Opel démissionne

Karl-Thomas Neumann, l'ex-PDG d'Opel/Vauxhall lors de la présentation de l'Opel Insigna Grand Sport, dernière berline du constructeur allemand.

Karl-Thomas Neumann, l'ex-PDG d'Opel/Vauxhall lors de la présentation de l'Opel Insigna Grand Sport, dernière berline du constructeur allemand. - Alain Grosclaude - AFP

Le constructeur automobile Opel/Vauxhall a annoncé, lundi 12 juin, la démission avec effet immédiat de Karl-Thomas Neumann, son PDG. Il est remplacé par Michael Lohscheller, jusqu'alors directeur financier de l'entreprise.

Opel change de PDG. "Michael Lohscheller devient le nouveau chef d'Opel" indique la filiale européenne de General Motors dans un communiqué, ajoutant que Karl-Thomas Neumann, aux commandes de l'entreprise depuis 2013, avait "démissionné aujourd'hui de sa fonction de porte-parole de la direction". Le constructeur précise que ce dernier reste toutefois membre du directoire d'Opel jusqu'à la finalisation de la vente de la société au groupe PSA (Peugeot, Citroën, DS) attendue pour la seconde moitié de l'année.

PSA Peugeot Citroën avait annoncé début mars vouloir mettre la main sur l'allemande Opel et sa jumelle britannique Vauxhall en déboursant 1,3 milliard d'euros, afin de transformer le groupe français en un champion européen et d'offrir un second souffle à la marque à l'éclair, qui enregistre des pertes depuis plus de 15 ans.

"Contribuer à la renaissance d'Opel" 

Avec cette acquisition, soumise au feu vert des autorités de la concurrence, ce sont dix usines européennes, le centre d'ingénierie de Rüsselsheim (ouest de l'Allemagne) et environ 38.000 salariés d'Opel/Vauxhall qui doivent rejoindre le groupe français.

Carlos Tavares, patron de PSA, a promptement réagi à cette annonce. "Nous soutenons pleinement la décision de nommer Michael Lohscheller qui sera entouré des meilleurs talents d'Opel/Vauxhall pour amener l'entreprise vers de nouveaux horizons dans l'intérêt de ses employés, ses clients et ses partenaires", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Carlos Tavares s'est également dit "enthousiaste à l'idée de contribuer à la renaissance d'Opel en tant que société allemande durable au sein du groupe PSA".

Karl-Thomas Neumann pourrait rebondir chez Audi

Avant d'occuper la fonction de président du directoire d'Opel, Karl-Thomas Neumann a passé plusieurs années au sein du groupe Volkswagen. Il a notamment supervisé le programme d'électromobilité du groupe, ainsi que les activités de la firme de Wolfsburg en Chine.

Une fois la fusion d'Opel avec PSA menée à son terme, l'ex-PDG de la marque à l'éclair pourrait réintégrer le groupe Volkswagen, selon une source citée par l'agence Reuters. Il prendrait alors la direction d'Audi, en remplacement de Rupert Stadler, vivement critiqué pour sa gestion du scandale des moteurs diesel truqués.

Antonin Moriscot avec AFP