BFM Business

En Paca, la CGT critique...la grève à la SNCF

En région Paca, FO et la CGT sont à couteaux tirés.

En région Paca, FO et la CGT sont à couteaux tirés. - Bertrand Langlois - AFP

La confédération syndicale a dénoncé l'appel à la grève lancé par Force Ouvrière, qu'elle a qualifié de "populiste".

Le trafic SNCF sera perturbé jusqu'au 8 janvier en région PACA, où FO appelle à la grève contre des suppressions de postes mais cette mobilisation est qualifiée de "populiste" par la CGT pour qui il s'agit de "couvrir (les) absences" pendant les vacances.

"Une centaine d'emplois sont menacés" à la SNCF dans la région PACA, principalement des agents au guichet, au départ des trains et à l'accueil, a expliqué à l'AFP Gilbert Dhamelincourt, responsable Force Ouvrière, qui a déposé un préavis de grève du 20 décembre au 8 janvier.

"La grève doit permettre de marquer le coup, faire quelque chose de fort" face à la direction qui refuse selon lui de négocier. "Les cheminots sont de plus en plus inquiets. On ne va pas faire un seul jour de grève avant les vacances, et reprendre après. Quand les aiguilleurs du ciel font grève, c'est début juillet, pour les départs en vacances", a-t-il justifié.

La CGT dénonce une "tradition" de fin d'année

Cet appel à la grève a été critiqué par la CGT, premier syndicat dans la région devant FO: "Cette petite recette de grève pendant les fêtes, ce n'est pas la conception du syndicalisme CGT qui défend le service public ferroviaire. Elle est contre-productive puisqu'elle vise à jeter l'opprobre sur les cheminots".

La CGT dénonce une "tradition" de fin d'année: "'La grève à la carte' ne vise pas à demander à la direction de répondre aux revendications des cheminots mais de permettre à des agents SNCF de couvrir leurs absences pendant cette période".

La CGT, qui partage plusieurs revendications avec FO, suggère également que l'appel à la grève de FO a des visées électoralistes, avant les élections professionnelles "qui pourraient avoir lieu fin 2018 à la SNCF". Un communiqué que le responsable de FO refuse de commenter, pour ne pas "envenimer le débat".

Y.D. avec AFP