BFM Business

Dieselgate: des irrégularités repérées dans les tests menés par Fiat

Le siège de Fiat Chrysler Automobiles, à Turin, en Italie.

Le siège de Fiat Chrysler Automobiles, à Turin, en Italie. - Marco Bertorello - AFP

Selon un rapport du ministère italien des Transports, le groupe Fiat Chrysler Automobile n'aurait pas fait subir tous les tests demandés par les autorités à ses modèles suspectés de dépasser les seuils d'émissions polluantes.

Fiat Chrysler Automobile est dans la tourmente. Alors qu'en France les services de la répression des fraudes ont transmis lundi 6 février à la justice les conclusions de leur enquête sur les émissions polluantes des véhicules diesel du groupe Fiat, un rapport du ministère italien des Transports étrille à nouveau le constructeur. 

Selon ce document datant du mois d'octobre -consulté par Reuters mais jamais publié- "les modèles Fiat Chrysler (FCA), vérifiés dans le cadre de l'enquête en Italie sur les émissions polluantes des véhicules diesel, ont été dispensés de certains tests essentiels pour découvrir l'éventuelle présence de logiciels de manipulations." 

Des données manquantes 

À la suite du "scandale Volkswagen", de plaintes déposées aux États-Unis, en France ou encore en Allemagne, et des tests menés dans différents pays de l'Union européenne, les autorités italiennes ont, elles aussi, cherché à vérifier les émissions réelles de certains véhicules carburant au diesel.

Huit modèles, des marques BMW, Ford, Mercedes-Benz, Volkswagen et Opel ont été sélectionnés. Sept modèles produits par les différentes marques du groupe Fiat ont également été choisis. Mais, "pour trois des sept modèles testés, les résultats manquent en ce qui concerne les essais sur route et les essais en laboratoire selon la norme européenne NEDC (Nouveau Cycle Européen de Conduite)". Il s'agit de la Jeep Cherokee 2.0, de l'Alfa Romeo Giulietta 1.6 et de la Lancia Ypsilon 1.3.

Les tests ont eu lieu dans les laboratoires du groupe Fiat 

Les résultats du "test Artemis" mené en laboratoire manquent également. Or, ces trois tests permettent "généralement de déceler la présence de logiciels de manipulation". Selon les documents consultés par Reuters, tous les tests menés sur des véhicules Fiat, Lancia, Alfa Roméo ou Jeep ont été réalisés... dans les propres laboratoires du constructeur. Les vérifications opérées sur des véhicules issus d'autres marques ayant été confiés "au laboratoire indépendant Instituto Motori".

Un rapport définitif sera présenté "dans les prochains jours"

Interrogé mercredi 8 février par le Parlement italien, Graziano Delrio, le ministre des Transports assure que "rien de suspect n'a été décelé lors des derniers tests" effectués sur des modèles du groupe Fiat Chrysler Automobile, concluant à la conformité des Fiat 500X, Jeep Renegade et Fiat Doblo diesel. Un porte-parole du ministère des Transports a précisé qu'un rapport définitif, présentant les résultats de ces derniers tests, sera publié "dans les prochains jours".

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV