BFM Business

Cette citadine électrique se garera plus facilement qu'une Smart

Avec se roues orientables à 90°, plus de problème pour faire un demi-tour et encore moins pour se garer, même dans un trou de souris.

Avec se roues orientables à 90°, plus de problème pour faire un demi-tour et encore moins pour se garer, même dans un trou de souris. - DFKI

Les ingénieurs du Centre de robotique de Brême ont mis au point une voiture électrique connectée dont la taille se réduit pour se garer latéralement. Et grâce à ses roues qui pivotent à 90°, même plus besoin de faire un créneau.

Les voitures cherchent toujours leur place dans la ville et avec leur taille et leur faible consommation, les citadines sont une option de plus en plus pertinente. Après la Smart (Daimler) ou la Zoé (Renault), place à l’EO Smart Connecting Car 2. L’ambition de cette micro-voiture allemande est de ringardiser ses concurrentes. Elle est électrique et connectée. Et pour mieux se faufiler et se garer dans des trous de souris, elle se rétracte pour passer de 2,60 m à 1,80 m de longueur.

Point positif pour les concurrents, l’EO Smart CC2 est encore un concept. Elle ne sort pas des laboratoires de R&D des grands constructeurs comme Mercedes, BMW ou Audi, mais du Centre d’innovation Robotique (DFKI), une unité de recherche créé en 2002 à Brême (Allemagne) et dirigé par le Pr. Franck Kirchner. Les compétences de cette université ne se limitent pas à l’automobile et aux zones urbaines. Elle fait également des recherches dans le spatial et l'exploration sous-marine deux secteurs dans lesquels l’EO CC2 a puisé quelques idées.

-
- © DFKI Robotics

En plus de la marche avant ou arrière, cette mini-voiture est capable de se déplacer latéralement. Cette performance est réalisable grâce à des roues motorisées qui pivotent à 90°. Ainsi, pour se garer, fini les créneaux, d’autant que l’auto est bardée de capteurs et de caméras qui éliminent tous risques d’éraflures avec d'autres véhicules pendant la manœuvre. Il suffit de se positionner face à une place et s’y glisser. Et s'il manque quelques centimètres, la voiture réduira sa longueur de 80 cm. Pour cela, la cabine se soulève et les trains avant et arrière se rapprochent.

Si cette particularité est une réelle innovation, les performances de la voiture risquent d’en décevoir plus d’un. Son autonomie n’est que de 70 km maximum (150 km pour la Zoé de Renault), mais son temps de recharge est de 4 heures (entre 30 mn et 9 heures pour la Zoé).

Quant à sa vitesse, l’EO Smart CC2 ne dépasse par les 65 km/h. Mais, le Centre d’innovation de Brême ne cherche à concurrencer ni Tesla, ni Audi. Elle veut faire une place dans les rues des villes de demain et démontrer que les autos y ont encore une place, si elles sont propres et intelligentes.

Pascal Samama