BFM Business

Bonus auto: le sévère rabotage du gouvernement

L'Etat va mettre fin à la prime de 200 euros qui concernait sutout les citadines.

L'Etat va mettre fin à la prime de 200 euros qui concernait sutout les citadines. - -

Trop coûteuses pour ses caisses, le gouvernement va modifier les conditions d'attribution et les montants des primes versées pour l'achat des voitures les plus propres. Ce qui, au vu de l'état du marché, conduirait à passer de 35% de véhicules éligibles au bonus à seulement 7,2%.

Les contours du nouveau système de bonus-malus, crée pour inciter les automobilistes à acheter des véhicules peu polluants, se confirment. Le gouvernement aurait rendu ses derniers arbitrages sur le barème qui devrait entrer en application par décret le 1er novembre, selon les Echos. Et comme attendu, ceux-ci vont mener à un sévère rabotage des primes versées pour l'acquisition d'un véhicule propre.

Ainsi le premier palier, qui accordait 200 euros, disparait, confirmant ainsi des informations de BFM business. Autrement dit, les citadines comme les Clio, 208, 2008, Ford Fiesta, qui représentent une part importantes des ventes, ne seront plus subventionnées.

Le second palier de 550 euros serait quant à lui divisé par 3 : l'Etat ne verserait plus que 150 euros pour l'achat d'un véhicule émettant entre 61 et 90 grammes de C02 au kilomètre.

Et les coups de rabot concernent aussi les véhicules les plus propres, comme les hybrides et les électriques, puisque les primes seront amputées de 1.200 à 700 euros. Ainsi, le bonus maximal n'excédera pas 6.300 euros, contre 7.000 actuellement.

Au final, sur la base des ventes du premier semestre, seuls 7,2 % des véhicules seraient éligibles au bonus, contre 35 % aujourd’hui, estiment les Echos.

Rétablir l'équilibre financier du système

Et c'est bien le but du gouvernement: mettre fin au déséquilibre financier du système. Initialement, les sommes dégagées par le malus devaient permettraient de subventionner les bonus.

Mais, malgré un premier tri en 2011 des véhicules éligibles, l'Etat y était toujours de sa poche. Rien que le bonus de 200 euros a représenté une enveloppe de 52 millions d'euros au premier semestre, sur un total de 120 millions d'euros versés.

Aussi, cette fois-ci, le gouvernement va dans le même temps alourdir les malus appliqués aux véhicules les plus polluants, en créant une nouvelle tranche, à partir de 130 grammes de CO2. Et la tranche maximale du malus passerait de 6.000 à 8.000 euros.

C.C.