BFM Business

Assurances: des sinistres moins nombreux mais plus coûteux

Le nombre d'accidents de voitures a baissé

Le nombre d'accidents de voitures a baissé - -

Les dommages corporels et matériels ont diminué en 2013, selon le délégué général de la Fédération française des sociétés d'assurances, ce vendredi 13 décembre. Mais le coût moyen des dommages a, lui, augmenté.

Il y a eu moins d'accidents de la route en 2013. Les dommages corporels ont diminué de 3,5% en volume et les dommages matériels se sont réduits de 2,6%, selon le délégué général de la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA), ce vendredi 13 décembre.

"Cependant, le coût moyen des dommages corporels pèse très lourdement sur l'assurance automobile puisqu'il enregistre en 2013 une hausse historique de 12%", a souligné le délégué général.

Selon lui, cette hausse est notamment la conséquence d'une meilleure connaissance des préjudices liés aux blessures et de la revalorisation des rentes accordées aux victimes d'accidents.

Si la Maaf et la Maif ont déjà annoncé qu'elles n'augmentaient pas leurs tarifs, ce n'est pas le cas de la Macif. "En automobile, l'augmentation sera de 0,5% en moyenne avec effet bonus et de +1,5% en moyenne sans cet effet, soit une hausse de cotisation inférieure à 10 euros pour près de 90% des véhicules assurés".

Conditions climatiques difficiles

En ce qui concerne l'assurance multirisques habitation, les conditions climatiques ont causé d'importants dégâts cette année.

"Nous estimons que le coût des intempéries de 2013 représente près de 1,1 milliard d'euros pour les assureurs, soit l'équivalent d'une catastrophe naturelle majeure", a précisé M. Lequoy.

A elles seules, les inondations de Saint-Béat (Haute-Garonne) et de Lourdes (Hautes-Pyrénées) mi-juin ont ainsi représenté plus de 300 millions d'euros de dommages.

La multiplication d'événements localisés, d'ampleur inférieure à celle d'une grosse catastrophe naturelle, a en outre empêché que les traités de réassurance puissent être à chaque fois enclenchés, ce qui a alourdi les conséquences financières pour les assureurs.

Diane Lacaze & AFP