BFM Business

Airbus reprend sa production en France et en Espagne, avec des usines tournant au ralenti

Le marché de la production de long-courriers connaît déjà "une situation très tendue", depuis l'année dernière. Notamment à cause "des prises de commandes et sur la compétition avec Boeing".

Le marché de la production de long-courriers connaît déjà "une situation très tendue", depuis l'année dernière. Notamment à cause "des prises de commandes et sur la compétition avec Boeing". - Pixabay

Le constructeur européen est très affaibli par le crise du coronavirus qui bouscule le secteur aérien. Après la mise en place de mesures de sécurité sanitaires, il a décidé de relancer sa production dans les deux pays.

Airbus a repris lundi au ralenti sa production en Espagne et en France après la mise en place de mesures de sécurité sanitaires, et a annoncé un renforcement de sa trésorerie pour affronter la crise sans précédent suscitée par le nouveau coronavirus.

"Nous sécurisons (...) nos activités afin de préserver l'avenir d'Airbus et de reprendre efficacement nos opérations après la crise" qui paralyse le trafic aérien et menace les chaînes logistiques, a déclaré Guillaume Faury, président exécutif d'Airbus.

L'avionneur européen a ainsi annoncé avoir obtenu une nouvelle ligne de crédit pour porter ses liquidités disponibles à 30 milliards d'euros, contre 20 milliards précédemment.

Le groupe a en outre identifié "divers scénarios opérationnels, y compris des mesures visant à réduire les besoins de trésorerie" qui "seront activés en fonction du développement de la pandémie".

Maintenir la production

Il a également annulé le versement de dividendes à ses actionnaires au titre de l'année 2019 ainsi que ses prévisions de résultats pour 2020.

Airbus entend ainsi continuer à assurer ses activités, même "en cas de crise prolongée", "en maintenant la production, en gérant son carnet de commandes résilient, en soutenant ses clients et en garantissant la flexibilité financière de ses opérations", a précisé l'avionneur.

"L'industrie a traversé de nombreuses crises dans le passé mais clairement, les compagnies aériennes sont très exposées cette fois à cette énorme chute de la demande et aux restrictions de voyages", a estimé Guillaume Faury lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Lundi, la production reprenait partiellement en France et en Espagne, après une suspension de quatre jours pour permettre d'assurer aux employés des conditions de travail sûres d'un point de vue sanitaire.

L'exemple chinois

Seuls sont rouverts les postes de travail s'ils sont en totale conformité avec les nouvelles mesures de santé et de sécurité en matière d’hygiène, de nettoyage et d'auto-distanciation, a précisé le groupe. Sur les autres sites du groupe, ces mesures sont mises en place sans arrêt de production.

Pour gérer la crise, le groupe s'est inspiré de la méthode appliquée sur son site de Tianjin près de Pékin où, selon Guillaume Faury, aucun employé n'a été contaminé par le coronavirus. 

La ligne d'assemblage final d'A320 y avait été fermée pendant une semaine en plus de la semaine de vacances du Nouvel an chinois. Aujourd'hui "la production a repris à un niveau normal", selon Guillaume Faury.

Face à l'effondrement du trafic mondial et un nombre croissant d'avions cloués au sol par les restrictions de déplacement, Airbus "ne demande pas un soutien direct des gouvernements aujourd'hui", a précisé Guillaume Faury.

Il a en revanche plaidé pour "un soutien fort à tout l'écosystème, particulièrement les compagnies aériennes directement touchées, pour qu'elles survivent et puissent reprendre leurs opérations une fois la crise terminée".

Vers des annulations de commandes?

Le président du groupe ne s'est pas prononcé sur des annulations de commandes. Il a estimé que la "très très grande majorité des compagnies sécurisent le court terme pour être en mesure de rebondir après la crise". A fin février, le carnet de commandes de l'avionneur européen s'établissait à 7.670 avions dont 6.209 de la famille de son moyen-courrier A320.

Par ailleurs, pour participer à l'élan de solidarité démontré par plusieurs grands groupes pour combler la pénurie de masques de protection, Airbus a acheté en Chine 2 millions de masques médicaux convoyés à bord d'un A330-800 d’essai qui a atterri lundi matin à Toulouse. 

Il seront donnés en large majorité aux gouvernements espagnols et français. D'autres vols sont prévus dans les prochains jours, selon le groupe. En 2019, le groupe, qui emploie environ 135.000 personnes dans le monde, a publié un chiffre d'affaires de 70 milliards d'euros. L'assemblée générale de l'entreprise aura lieu le 16 mai à Amsterdam et Airbus invite ses actionnaires à ne pas s'y rendre physiquement. 

TL avec l'AFP